A Pretoria, en ce jour de mai 1994, c’est un symbole qui s'adresse à la foule.C’est Nelson Mandela, militant contre l'Apartheid, et nouveau président de l'Afrique du Sud.

"Il est temps de panser nos blessures" : le discours de Nelson Mandela le 10 mai 1994 à Pretoria (Afrique du Sud)
"Il est temps de panser nos blessures" : le discours de Nelson Mandela le 10 mai 1994 à Pretoria (Afrique du Sud) © AFP / WALTER DHLADHLA

A Pretoria, en ce jour de mai 1994, c’est plus qu’un homme qui s’adresse à la foule, c’est un symbole. Celui de la lutte pour l’égalité, la paix, la tolérance et contre un système injuste et meurtrier, l’Apartheid. Celui qui en ce jour de mai 1994 s’adresse à la foule, c’est Nelson Mandela, 74 ans, figure de proue de la lutte pour les droits humains, véritable icone internationale et tout juste élu président de la République sud-africaine.

Deux semaines plus tôt et pour la première fois de l’histoire de l’Afrique du Sud, tous les habitants du pays, noirs comme blancs ont pu participer à l’élection présidentielle. Et pour la première fois de l’histoire du pays, une population à majorité noire a élu un homme noir à la tête de sa République.

C’est une nouvelle ère qui s’ouvre. Et une ère funeste qui se clôt : avec l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela, la minorité blanche devra dire adieu à ses privilège. Mais surtout c’est la violence, qui prend le nom d’Apartheid, qui s’achève. Ce système, qui divisait la population en fonction de la couleur de sa peau vient de vivre ses derniers instants.

Le discours que Nelson Mandela s’apprête à prononcer est double. C’est à la fois celui qui scelle sa victoire sur des années d’injustice et qui ouvre un nouveau destin pour le peuple sud-africain.

C’est un texte court, dense. Le nouveau président saisit la portée historique et universelle de son texte, il lui faut aller à l’essentiel pour marquer les esprits. Et son texte a un pouvoir supérieur, c’est lui le président de la République, dorénavant, ses paroles auront valeur de vérité nationale.

Les yeux du monde entier sont braqués sur cet homme.

En ce jour de mai 1994, c’est une nouvelle page de l’histoire de monde qui s’écrit.

Notre invité

En deuxième partie de l'émission, nous recevons Frédéric Fritscher, ancien correspondant du monde en Afrique du Sud.

Programmation musicale

  • To those we love, Miriam Makeba
  • Cet air, M, Fatoumata Diawara, Toumani Diabate, Sidiki Diabate
  • Nkosi sikelel' Afrika, Soweto Gospel Choir
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.