153 employés et soignants d'un hôpital de Houston, Texas, ont dû démissionner ou être licenciés pour avoir refusé de se faire vacciner contre la Covid-19.

L'hôpital méthodiste de Houston a suspendu 178 employés sans salaire pendant 14 jours pour leur refus de se conformer à son exigence de vaccin COVID-19
L'hôpital méthodiste de Houston a suspendu 178 employés sans salaire pendant 14 jours pour leur refus de se conformer à son exigence de vaccin COVID-19 © AFP / Brandon Bell

L’affaire se passe à Houston au sein de l’Hôpital méthodiste. Elle commence par une injonction de la direction : l’ensemble des employés et soignants avaient jusqu’au 7 juin pour être vaccinés contre la Covid-19. Sinon, 15 jours de suspension puis licenciement.

Aussitôt une plainte a été déposée : elle a été rejetée hier par une juge qui a retoqué les arguments des requérants puisqu’ils comparaient cette obligation de vaccination aux expériences médicales nazies dans les camps de concentration.

En conséquence, 153 salariés de cet hôpital – un des plus grands et prestigieux de Houston – ont été licenciés ou ont démissionné. L’affaire a fait d’autant plus de bruit que de plus en plus d’entreprises exigent désormais cette vaccination pour leurs employés.

Aux Etats-Unis, un employeur peut obliger ses salariés à se faire vacciner

On assiste même à un mouvement qui vise, dans certains États – notamment républicains - à s'opposer à ces obligations de vaccinations. Cette année, plus de 81 projets de lois ont été déposés, 19 sont en discussion et pour l’instant seule l’Arkansas a légiféré.

Les entreprises ne sont pas les seules à exiger une vaccination complète contre la Covid-19. C’est le cas de centaines d’universités et collèges dans tous les États-Unis : pas question de reprendre les cours à l’automne pour étudiants et employés sans vaccin.

A Houston, le problème est ailleurs. La ville s’est spécialisée dans le soin et la recherche médicale de pointe, notamment sur les cancers : 10 millions de patients par an passent par ses hôpitaux et 100 000 personnes y travaillent.

Il n’était donc pas question de mettre en danger tout un secteur d’activité mais aussi les patients affaiblis qui viennent se soigner à Houston. D’ailleurs, dans le monde entier, l’obligation de vaccination commence à s’imposer, surtout dans le secteur de la santé.

L'Italie, la Grande-Bretagne et la Russie imposent l'obligation vaccinale

L’Italie a rendu la vaccination obligatoire pour tous les soignants, sans grand débat d’ailleurs : le pays a été traumatisé plus que tout autre par la pandémie. La Grande-Bretagne a aussi décidé cette obligation pour les employés de maisons de retraite.

La Russie a même élargi l’obligation à l’ensemble des salariés d’entreprises de service. Il faut dire que le taux de vaccination des Russes est faible : seuls 12% ont reçu au moins une dose de SputnikV alors que l’on assiste là-bas à une explosion du variant Delta.

Or, au 21 juin, 54% des Américains avaient reçu au moins une dose de vaccin. On n’est pas loin du fameux "plafond de verre" qui, partout dans le monde, concerne un tiers de la population réticente ou opposée à la vaccination contre la Covid-19.