Dans le Kent, près d'un abribus, la BBC a trouvé une cinquantaine de pages d'un dossier secret du ministère de la Défense britannique.

Des dossiers secrets de la Défense britannique retrouvés sous un abri-bus
Des dossiers secrets de la Défense britannique retrouvés sous un abri-bus © Getty / (illustration)

On a retrouvé des dossiers « secret défense » britanniques près d’un abribus. En tout, il s’agit d’une cinquantaine de page trouvées dans le Kent mardi dernier par un quidam qui a aussitôt appelé la BBC. Le temps d’analyser minutieusement l’ensemble des pages et la « Beeb » a dévoilé le contenu ce dimanche.

Ces dossiers contiennent deux informations d’importance. La première porte sur la présence ou non des Forces spéciales britanniques après le retrait américain d’Afghanistan. Mais la plus brûlante des infos concerne un destroyer de la Royal Navy : le Defender.

Un destroyer mal engagé en Crimée

Mercredi dernier, le HMS Defender, s’est aventuré au large de la Crimée. Deux garde-côtes de la marine russe et vingt avions de chasse ont suivi le navire britannique tout au long de cette escapade navale

Moscou assure même que des coups de semonce ont été tirés et que les jets russes ont lâché des bombes sur le chemin du Defender.

En réponse, Londres a expliqué que passer au large de la Crimée était la route la plus courte pour gagner Odessa. Ce qui est un peu léger comme explication. Surtout que les documents trouvés dans le Kent racontent une tout autre histoire.

Friser les moustaches de l'ours russe

En fait, ils montrent que le trajet du HMS Defender a bien été soigneusement étudié et préparé par le ministère de la Défense britannique, avec plusieurs scénarios possibles mais tous passaient au plus près des côtes de Crimée.

Dans quel but ? Démontrer que le soutien de la Grande Bretagne à l’Ukraine n’était pas que des mots mais pouvait se traduire militairement – sous-entendez contrairement à ces froussards d’Européens. En plus, friser au passage les moustaches de l’ours russe n’est pas pour déplaire…

Sur l’Afghanistan, l’autre partie confidentielle de ces documents, la BBC s’est faite plus discrète, ne voulant pas mettre en danger les troupes britanniques encore en poste à Kaboul.

Perdre des dossiers sensibles, une habitude 

C’est tout l’objet de l’enquête qui commence. Mais le gouvernement britannique est d’autant plus gêné que ce n’est pas la 1ère fois que des documents confidentiels sont ainsi perdus d’une façon aussi ridicule et dommageable :

En octobre 2017, une clé USB contenant le dispositif anti-terroriste de l’aéroport londonien d’Heathrow a été trouvée en pleine rue ! Pas moins de 2,5 Gigabits de données ultrasensibles en libre accès – dont le détail de la sécurité aéroportuaire de la reine !