C'est un des tableaux les plus célèbres de Grèce. Le "Portrait de femme" de Picasso avait été volé en 2012 : il vient d'être retrouvé dans les broussailles près d'Athènes.

Le tableau "Portrait de femme" de Picasso le 29 juin 2021
Le tableau "Portrait de femme" de Picasso le 29 juin 2021 © AFP / Handout / GREEK POLICE

La Grèce a récupéré en début de semaine un exceptionnel tableau de Picasso ! Récupéré, c’est peu de le dire, puisque le Picasso en question, Portrait de femme, a été retrouvé dans le lit asséché d’une rivière des environs d’Athènes et enveloppé dans du papier bulle. Un tableau de Mondrian s’y trouvait aussi.

Des millions d’euros en tableaux de maître, cachés à la va-vite dans les broussailles

Il est facile de comprendre que ces tableaux ont été volés et dissimulés là. Sauf qu’il ne s’agit pas là de n’importe quel Picasso.

Ce Portrait de femme a été offert par l’artiste à la Grèce en 1949, en hommage à la résistance du peuple grec face à l’envahisseur nazi. 

Pablo Picasso a d’ailleurs lui-même écrit à la main au dos du tableau : « Pour le peuple grec, hommage de Picasso ».

Un vrai trésor national !

Un trésor national volé au Musée d’Athènes en 2012. A l’époque, cette disparition avait été vécu comme une humiliation nationale de plus. Il faut se souvenir qu’en 2012, la Grèce traversait une des pires crises économiques et sociales de son histoire.

Or les voleurs n’avaient mis que sept petites minutes pour subtiliser le plus célèbre Picasso du pays, mais aussi Le Moulin à vent de Mondrian. Ils étaient passés par un balcon et avaient déjoué les systèmes d’alarme à l’aide d’une simple astuce :

En repérage dans la journée, les malfrats les avaient délibérément déclenchés plusieurs fois, au point d’agacer les gardiens du musée qui avaient eux-mêmes débranché ces alarmes, histoire de ne plus être dérangés inutilement : l’humiliation était complète.

Un seul et unique voleur, passionné d'art

Pas « les » mais « le » voleur : les enquêteurs ont longtemps cru que seule une équipe de monte-en-l’air avait pu réaliser un tel cambriolage. En fait, ils ont finalement appréhendé un seul et unique voleur : un ouvrier du bâtiment de 49 ans.

Un passionné d’art qui passait le plus clair de son temps dans les galeries et qui avait visité pas moins d’une cinquantaine de fois ce Musée national athénien, au point de rêver qu’un jour, une de ces œuvres pourraient peut-être lui appartenir.

Le problème, c’est que le Mondrian, et surtout le Picasso étaient beaucoup trop célèbres pour être ne serait-ce qu’être exposés chez lui. D’ailleurs, sitôt mis en garde à vue, il s’est excusé platement et a tout de suite indiqué la cachette à la police.

Le Picasso et l'indépendance grecque

Elle se termine mieux encore : quelques semaines après le vol en 2012, le Musée d’Athènes qui abritait ce Picasso a fermé ses portes pour être rénové. Il a rouvert en mars pour une occasion unique : l’année du bicentenaire de l’indépendance grecque !

Or quel plus beau cadeau pour les Grecs et pour ce Musée national flambant neuf que de replacer sur ses cimaises un des plus beaux et émouvants symboles de la résistance grecque face à l’adversité : Le Portrait de femme de Picasso.