Ils étaient plus de 12 000 au Palais de glace de Saint Pétersbourg à suivre le concert de la star du rap russe Basta. En pleine pandémie...

Le rappeur russe  Vasily Vakulenko (également connu sous le nom de "Basta")
Le rappeur russe Vasily Vakulenko (également connu sous le nom de "Basta") © AFP / Vitaliy Belousov / Sputnik

Tout pour vous sortir du confinement ! Partons donc ensemble, en ce début d’hiver un peu frisquet, à Saint Pétersbourg il fait entre 0°C et 2 °C, et allons voir le rappeur russe Basta : il a donné un concert vendredi et en donnera un autre samedi. Donc dirigeons-nous vers le Palais de glace, ses 12 500 places. Je vais vous faire écouter un peu de ce rappeur, Basta, pour vous donner une idée :

Pourtant, il y a des restrictions en place en Russie… depuis peu de temps d’ailleurs. Depuis le 16 novembre, il est interdit aux salles de spectacle de laisser entrer des spectateurs sans places attribuées. Donc pas de danse floor.

De plus, seule la moitié des places peuvent être vendues. Enfin, depuis la semaine dernière, les rencontres sportives ont été interdites, les cafés, restaurants et patinoires, fermés.

Mais visiblement, ces règles ne sont pas appliquées vendredi dernier au concert de Basta : la salle était comble ; certes les spectateurs étaient assis mais ça a duré deux chansons ; pas ou peu de masques ni de distances physiques… 

Mensonge d'Etat et gestion pitoyable de la pandémie

Les réseaux sociaux se sont déchaînés, évidemment. Et, a posteriori, les autorités de Saint Pétersbourg ont promis d’enquêter. Mais en fait on est pile dans le piège que le pouvoir russe s’est tendu à lui-même, entre mensonge et gestion pitoyable de la crise !

D’un côté, la Russie est le quatrième pays au monde en nombre total d’infections avec 2,3 millions de cas de de Covid-19, juste devant la France. De l’autre, il y a une sous-déclaration évidente des décès : 40 000 alors que la France compte déjà plus de 50 000 morts.

Une sous-déclaration très simple à obtenir : pour chaque suspicion de mort de la Covid19, les médecins russes doivent effectuer une autopsie. Or ils ont autre chose à faire et en plus, ils ne sont pas assez nombreux ! Donc on déclare une autre cause de décès.

D’un côté, on assure que l’épidémie est « sous contrôle » et l’on refuse de prendre des mesures drastiques de confinement, de l’autre une vidéo montrant des dizaines de corps entreposés dans les bas-fonds d’un hôpital de la région de l’Altaï fait fureur sur le web.

Même chose sur le vaccin Spoutnik V : d’un côté personne ne doute de la qualité de la recherche vaccinale russe ; de l’autre on parasite ce sérieux par un interventionnisme délirant de l’appareil de propagande ! Souvenez-vous des fameux "92% d’efficacité" : le monde scientifique international en rigole encore !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.