Que faisait la jeune militante palestinienne Ahed Tamimi dans les couloirs du Real Madrid, un maillot à son nom entre les mains ? Une photo a été prise qui n'a échappé ni à l'ambassadeur israélien à Madrid, ni au gouvernement israélien qui a qualifié la jeune militante de "terroriste".

- Anthony Bellanger, vous allez nous parler de foot ! On aura tout entendu !

- D'abord, sachez que j'ai commenté sur cette antenne la finale de la Coupe du monde ! Ensuite, je vais vous parler du Real Madrid qui est bien plus qu'un club de foot, une institution internationale. D'ailleurs, il est 6h45, il est temps de réveiller nos auditeurs :

Cet hymne traditionnel du Real Madrid est un peu daté, 1952, mais ça reste mon préféré. Rassurez-vous, je ne vais non plus vous parler du match nul Atlético – Real de ce weekend. Je vais plutôt vous parler d'une photo prise dans les coulisses.

Une photo publiée ce weekend, juste avant le derby, où l'on voit Emilio Butragueño, l'ancien attaquant du club merengue tendre un maillot floqué du n° 9, et d'un nom, Ahed, à une jeune femme : il s'agit de la militante palestinienne Ahed Tamimi.

Une icône pour les Palestiniens...

Depuis qu'en décembre 2017, elle a giflé deux soldats israéliens devant les caméras. Les images ont fait le tour du monde et ont fait d'elle une « instant star ». Une célébrité qu'elle a immédiatement payé de 8 mois de prison tout de même.

Or, il se trouve qu'elle était la semaine dernière en Espagne, qu'elle est fan du Real Madrid. Le club a donc voulu l'honorer mais avec une certaine discrétion, puisque la photo n'a pas été publiée sur son site mais sur celui du quotidien sportif Marca.

Or, cette discrétion n'a pas suffi : l'ambassadeur d'Israël en Espagne s'est fendu d'un tweet : « Ahed Tamimi n'est pas une combattante de la paix mais défend la violence et la terreur », accusant le Real d'indirectement « alimenter l'agression, non le dialogue ».

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien est allé beaucoup plus loin, qualifiant cette réception de la jeune palestinienne de « honteuse » et ajoutant qu'elle est « une terroriste incitant à la haine et à la violence ».

Or cette accusation de « terrorisme » lancé à tout propos par le gouvernement israélien finit par le desservir. On peut dire beaucoup de choses de cette femme de 17 ans – une militante convaincue de la cause palestinienne – mais pas qu'elle est une « terroriste ».

En fait, Ahed Tamimi est un vrai problème : elle est jeune, elle est charismatique, elle n'a pas commis d'autres violences que celle d'avoir giflé deux soldats israéliens- qui sont restés impassibles – et elle a écopé d'une peine disproportionnée.

Difficile de faire rentrer Ahed Tamimi dans le catégorie terroriste...

Impossible même, voire ridicule. A moins d'admettre dans cette catégorie l'attentat à la baffe. Quand au Real Madrid, il fait une excellente opération : le club espagnol est très populaire dans le monde arabe : en honorant Ahed Tamimi, le Real fait un clin d'oeil à ses fans arabes... qui sinon pourrait bifurquer vers Liverpool.

Parce qu'à Liverpool joue en ce moment Mo Salah, la star égyptienne des Mancuniens, la nouvelle idole des jeunes Arabes. Tout est géopolitique, même et surtout le foot : pas question pour le Real Madrid de perdre de l'influence au profit des Britanniques !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.