Lundi la principauté pyrénéenne rouvrait ses frontières : les Français s'y sont précipité pour acheter détaxé. Un pari pour un des pays les plus affectés au monde.

Direction Andorre qui a vécu hier, lundi 1er juin 2020, une grosse journée… commerciale.

C'est simple, dès quatre heures du matin, la principauté avait des clients français, postés devant les boutiques en attendant l'ouverture. Il faut dire que depuis hier, lundi 1er juin 2020, la principauté d'Andorre a autorisé la reprise des activités commerciales après deux mois et demi de confinement !

Une fermeture des frontières qui a ruiné ce tout petit état souverain pyrénéen, de 77 000 habitants en tout ! 

La nature est belle à Andorre, mais la richesse du pays, ce sont ses banques et surtout ses commerces détaxés. Et en plus, pour la reprise, il y avait des soldes monstres : en deux mois, les commerçants andorrans ont accumulés des stocks invendus d'alcool, de cigarettes ou tout simplement de produits du quotidien – de la lessive par exemple. C'était donc la ruée !

Mesures de distanciation drastiques

Bien sûr, en Andorre, des mesures de distanciation ont été drastiques en Andorre. À l'ouverture des magasins, il y avait du gel hydro-alcoolique, des masques et un client tous les mètres. La principauté applique ces mesures d'autant plus strictement, qu'à en croire les chiffres, elle est la troisième nation au monde en terme de décès par million d'habitants, et la quatrième en terme d'infection au Covid19 !

Taux  de test aberrants

D'abord, Andorre a réussi le tour de force de tester l'ensemble de sa population deux fois. Contrairement à l'Espagne ou la France qui n'ont testé qu'une infime partie de leur population respective, d'où le nombre élevés de cas rapportés à la population.Ensuite, le chiffre des décès exprimé en million d'habitants devient une aberration lorsque les populations concernées sont très inférieures au million. On retrouve ainsi aux premères places la minuscule République de Saint-Marin ou Le Vatican, et ses 800 habitants.Reste que l'alerte a été très sérieuse pour la principauté. En plus, elle n'a même pas pu bénéficier du « miracle » de l'altitude.

Qu’est-ce que le miracle de l’altitude ?

Le « miracle » de l'altitude se produit au-delà des 3 000 mètres, et révèle une minoration des décès ! C'est la conclusion d'une étude conduite par des chercheurs australiens, boliviens, canadiens et suisses :Ils ont étudié des données de Bolivie, d’Équateur et du Tibet. Dans les Andes boliviennes, le taux d'infection serait trois fois moins élevé que dans les plaines côtières, quatre fois moins dans les Andes équatoriennes. Même constat entre le Tibet et la Chine des plaines.On n'explique pas encore très bien cette différence. Mais on sait qu'il ne suffit de gagner la haute montagne pour acquérir une immunité. Ce serait plutôt lié à la longue accoutumance des populations andines et tibétaines à l'altitude.Or, Andorre-la-Vieille est bien la capitale la plus haute d'Europe, à plus de 1 000 mètres d'altitude, mais c'est encore 2 000 m trop bas pour ce « miracle » des cimes !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.