Jamais le Brésil n'avait importé autant de pesticides qu'en 2019 : +16% en un an ! Une augmentation impressionnante uniquement due à Jair Bolsonaro. C'est un scoop de A Folha.

Au Brésil, l'utilisation des pesticides a fait un bond avec l'élection de Jair Bolsonaro
Au Brésil, l'utilisation des pesticides a fait un bond avec l'élection de Jair Bolsonaro © Getty / Paulo Fridman/Corbis

Direction le Brésil ce matin avec un sinistre record agricole. Le grand quotidien A Folha, l'équivalent brésilien du Monde a obtenu des chiffres assez terrifiants : en 2019, le Brésil a importé 335 000 tonnes de produits phytosanitaires pour son agriculture. On parle bien d'insecticides, de fongicides et d'herbicides. C'est un record absolu depuis que les statistiques existent sur ce sujet au Brésil, c'est-à-dire depuis 1997.

C'est même 16% de mieux que l'année précédente ! Autrement dit, cette augmentation impressionnante est bel et bien le résultat de l'arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, ce président d'extrême-droite, en janvier 2019.

L'alliance avec l'agro-business en pointe

Son élection avait été largement soutenue par les fameux "3 B" de la politique brésilienne, à savoir B pour "balle", le clan des tape-dur, B pour "Bible", les évangéliques et les cathos conservateurs, et B pour "Bœuf" : l'agro-industrie.

Un secteur surpuissant au Brésil : un quart de la richesse du pays et près de la moitié des exportations du pays et surtout, un président qui leur a donné les clés du ministère de l'Environnement, de celui de l'Agriculture, fusionné, voire de la Politique Industrielle.

La principe était clair dès juillet 2018. Le candidat Bolsonaro accordait une interview au journal O Globo pour dire qu'il "ne comprenait rien à l'économie" et qu'il laisserait donc le secteur entre les mains de l'agrobusiness et des économistes ultra-libéraux.

2 247 pesticides autorisés au Brésil

Le pire, c'est lorsqu'on regarde dans le détail : en tout juste une année, les autorités brésiliennes ont donné leur accord pour l'utilisation de 474 nouveaux pesticides. En tout, le Brésil autorise l'épandage de 2 247 pesticides.

Le Brésil est un véritable El Dorado pour les entreprises de produits phytosanitaires dont Syngenta, Bayer ou BASF, toutes trois citées par l'article d'A Folha. Pour la suisse Syngenta, c'est l'orgie : son fongicide vedette Elatus a doublé ses ventes en un an !

Ses insecticides ont connu une augmentation de 72% en un an sur l'Amérique latine, dont l'essentiel pour le Brésil. Des produits interdits en Europe, comme le Fipronil, le Clorfenapir ou le Tiodicarde, trouvent preneurs là-bas, et en quantité encore !

En France, c'est 21% de plus en un an ! 

Si l'on regarde les derniers disponibles en France, on pourrait se dire : c'est l'hôpital qui se moque de la charité. En 2018, l'achat de produits phytosanitaires par l'agriculture française à augmenté de 21%, selon les chiffres du ministère de l'Agriculture.

Les agriculteurs, eux, parlent de 8% de hausse et de 68 000 tonnes consommées, ce qui est déjà énorme. Mais en fait, alors que les chiffres n'ont jamais cessé d'augmenter au Brésil, sauf pendant les années Lula, ils n'ont cessé de baisser en France.

En France, ils ont même été divisés par deux entre 1999 et 2018, alors qu'au Brésil, c'est samba ! Les surfaces en soja et en canne à sucre – transgéniques bien sûr – ont doublé en 10 ans et les derniers incendies en Amazonie ne promettent rien de bon pour l'avenir !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.