Critiqués pour leur sexisme ou leur antisémitisme, les manuels scolaires saoudiens ont été largement révisés à l'automne. L'arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche n'y est pas pour rien.

Direction l’Arabie saoudite où les manuels scolaires ont été révisés. Une révision très récente puisqu’elle concerne les manuels scolaires au programme pour cette année, 2020-2021. Surtout, il s’agit de la plus importante modification depuis plusieurs années.

C’est un groupe de travail israélien sur les programmes scolaires appelé IMPACT-se qui s’est rendu compte, après une longue analyse, que des passages entiers franchement antisémites, sexistes et homophobes avaient été entièrement ou partiellement effacés.

Un manuel de 2nde, par exemple, ne contient plus la pseudo assertion religieuse suivante : « le jour du Jugement Dernier ne viendra pas avant que les Musulmans n’aient tués tous les Juifs » ou ne comparant plus ces derniers à « de vrais singes ».

Le martyr musulman n'est plus en odeur de sainteté

Les passages qui expliquaient que les « Juifs cherchent à dominer le monde » ou qu’un mari pouvait frapper son épouse si elle s’écartait du droit chemin… Ces passages avaient déjà été éliminés lors d’une précédente révision en 2019.

Restaient des citations approuvant la peine de mort pour « actes de sodomie », je cite, mais aussi pour apostasie, sorcellerie ou adultère. Elles aussi ont été éliminées à l’automne. Ainsi que celles faisant l’apologie du martyr musulman ou du djihad.

L’effort est spectaculaire et surtout, il vient de haut puisque la Commission saoudienne de révision a travaillé en lien direct avec le ministère de l’éducation et le Palais.

Sept fois moins d'exécutions en 2020

Il s’agit bien d’une politique coordonnée au plus haut niveau par le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salman, dit MBS, expliquait depuis des années qu’il entendait réformer en profondeur son pays pour le rendre plus respectable.

Il y a donc un aspect scolaire, on vient de le voir, mais aussi un aspect judiciaire. Fin 2020, le pouvoir saoudien a fait savoir qu’il n’avait fait exécuter « que » 27 condamnés, soit 7 fois moins qu’en 2019. Par ailleurs, la peine de mort a été abolie pour les mineurs.

Enfin, des prisonniers politiques emblématiques ont vu leurs peines de prison allégées. C’est le cas notamment de la militante féministe Loujain al-Hathloul qui devrait sortir le mois prochain. Mais il y a une nette accélération de ces réformes depuis l’automne.

Joe Biden moins amène avec MBS

Il faut se rappeler que le 1er voyage à l’étranger de Donald Trump a été pour l’Arabie saoudite. En clair, le Palais veut faire oublier la danse du sabre qui avait accueilli le président américain. En quatre années, Donald Trump a tout passé à MBS :

La guerre au Yémen, le blocus du Qatar et même l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. A l’inverse Joe Biden, pendant la campagne électorale avait qualifié l’Arabie Saoudite « d’État pariah » et, sitôt à la Maison-Blanche, il a pris des mesures fortes :

Mercredi dernier, Joe Biden a bloqué toutes les ventes d’armes à destination de Ryad et d’Abu Dhabi, dont des chasseurs F35 et des stocks de bombes dernier cri. On comprend mieux alors pourquoi il était urgent de réviser les livres scolaires saoudiens.