Dans la presse turque cette photo d’un enfant de trois ans, migrant kurde, retrouvé noyé sur une plage de Turquie. Un cliché déjà rebaptisé photo de la honte.

Cette photo est à la une de l’ensemble de la presse mondiale. Sauf en France. Elle fait aussi la une de la presse turque ; c’est sur une plage de Mugla que ce bébé a été trouvé.

A l’image du quotidien Hurriyet qui s’en prend bille en tête à l’Europe : « plutôt que d’essayer d’arrêter ces migrants, aidez-le, sauvez-les ! ». Le quotidien souligne aussi que la Turquie a sauvé depuis le début de l’année 42 000 migrants dans la mer Egée depuis le début de l’année. 2 160 depuis une semaine.

Enfin, Hurriyet rappelle combien la Grèce est proche. A peine vingt kilomètres entre l’île grecque de Kos et la côte Turque. Mais à peine deux kilomètres entre l’île grecque de Kastellorizo et la ville turque de Kas : si prêt qu’on en oublie parfois le danger.

Un tour dans la presse suisse

Pour un événement rare qui a fait la Une, entre autres, du Quotidien jurassien : la réapparition publique de l'humoriste suisse de génie Zouc. Pour l'occasion, je vous propose quelques secondes de bonheur :

C'est un extrait d'un de ses sketchs les plus célèbres, La Fourmi , qui vous l'avez entendu à la fin, finit mal. Zouc, c'est une véritable légende du rire et de la scène de la fin des années 1970 et 1980.

Gravement malade depuis la fin des années 1990, elle n'est jamais revenue sur scène. Sa légende, par contre, est intacte et l'amour du public aussi. Dans le Jura suisse, explique Le Quotidien jurassien , on l'appelle « La Zouc » ou « Not' Zouc ».

Sa réapparition à l'occasion d'une remise de prix, est donc un événement : tous les quotidiens suisses lui ont consacré un hommage et, Zouc, elle, n'a eu qu'un seul commentaire : «Je n'ai rien fait et je repars avec des fleurs ».

L'histoire, elle est américaine aujourd'hui

Elle se passe dans le Kentucky, cette histoire. Et notre héroïne du jour s'appelle Kim Davis. En quelques heures et grâce à une captation vidéo, elle est devenue une star pour l'Amérique bigote.

Qui est Kim Davis ? Elle a été élue en novembre dernier officier d'Etat civil du Comté de Rowan. C'est donc à elle qu'il revient d'enregistrer les mariages du coin. Or depuis le 26 juin et l'arrêt de la Cour suprême, c'est elle qui doit enregistrer les mariages gays.

Kim Davis fait de la résistance « pour des raisons religieuses » : elle refuse systématiquement de marier les couples gays.

Elle risque une énorme amende journalière et surtout, d'être destituée. L'affaire doit d'ailleurs passer devant un juge aujourd'hui même. Reste que Kim Davis est devenue, pour la droite religieuse, un symbole de résistance « par le bas ». Partout dans le pays, des officiers d'Etat civils refusent, comme Kim Davis, d'enregistrer des mariages gays en mettant en avant leurs convictions religieuses.

Il y a d'ailleurs d'autres formes de résistance au mariage gay. La résistance pâtissière par exemple. Ca a commencé par un pâtissier du Colorado qui avait refusé de vendre une pièce montée pour un mariage gay. Des dizaines d'autres pâtissiers de Dieu avaient alors emboîté le pas.

Jusqu'à présent, ces «soldats de Dieu » ont été très lourdement condamnés. Le pâtissier du Colorado a écopé de 375 000 dollars d'amende.

Dernier détail : en fouillant dans le passé de Mme Davis, la presse s'est rendue compte qu'elle avait divorcé trois fois avant de tomber en religion. Ah oui, parce qu'elle refuse aussi d'enregistrer les mariages hétéros « impurs ». Comme ça, il y en a pour tout le monde !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.