Pas moins de deux ministres américains en Inde dès mercredi. Deux ministres qui vont être mal reçus, ils le savent d'avance. Et tout cela à cause du Donald Trump qui semble tout faire pour humilier ses ministres et collaborateurs… quand il ne les vire pas carrément !

A priori, aller en Inde, c'est plutôt gratifiant pour un officiel américain : les échanges commerciaux entre les deux pays n'ont jamais été aussi important - 126 milliards de dollars en 2017 – et l'Inde n'a jamais acheté autant d'armes aux Etats-Unis : 18 milliards !

Mieux encore : il y a 186 000 étudiants indiens dans les universités américaines ! Un record ! Sans même compter Walmart ou Amazon qui ont investi en Inde des milliards de dollars. Autrement dit, l'Inde est un joyau à polir pour les Etats-Unis.

Le Donald, harceleur en chef 

Le problème, c'est le Donald. Depuis plusieurs semaines, une vidéo montrant le président Trump imitant – assez mal d'ailleurs – le Premier ministre indien Narendra Modi, tourne en boucle sur les réseaux sociaux indiens. Mauvais point !

De plus, il y a les exigences de la Maison Blanche : interdit d'acheter du pétrole iranien, ce qui est délirant quand on sait la proximité géographique des deux pays. Ensuite, pas question d'acheter du matériel militaire russe, ce que l'Inde fait depuis 70 ans !

Enfin, il manque au ministère américain des Affaires étrangères des diplomates spécialistes de l'Inde et assez chevronnés pour conseiller le président. Ils n'ont tout bêtement pas encore été nommé, un an et demi après l'investiture de Donald Trump !

Les Indiens ne sont pas les Canadiens : on ne les brutalise pas

Faire chanter ou brutaliser les Canadiens, c'est de l'ordre du possible. La semaine dernière, Donald Trump explique qu'il peut parfaitement signer un accord commercial avec la Mexique, sans le Canada.

Immédiatement, la ministre des Affaires étrangères canadiennes, qui était en voyage officiel en Europe, retraverse l'Atlantique, tétanisée. 80% des exportations canadiennes partent aux Etats-Unis. L'affaire est vite réglée et pas à Ottawa, à Washington !

Donald Trump peut donc tout se permettre, comme par exemple d'expliquer à des journalistes – en « off » évidemment – qu'il n'a aucunement l'intention d'arriver un compromis avec les Canadiens. Ce qui veut dire : à genoux Justin Trudeau et tête baissée !

On n'échappe pas à la géographie

Vous savez, la règle n°1 quand on parle de diplomatie, c'est : on n'échappe pas à la géographie. L'Inde a le choix de ses alliances. L'Europe est plus proche que les Etats-Unis, la Russie aussi, sans parler de futurs géants comme l'Indonésie ou même l'Afrique.

Sans même parler de la Chine qui est perçue comme l'adversaire en chef de l'Inde. Une occasion en or pour les Etats-Unis de pousser leur avantage. A la place, on a Donald Trump qui fanfaronne, qui blesse Narendra Modi et qui martyrise ses propres ministres. Allez comprendre !

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.