C'est un cas unique au monde !

En Italie, ce sont les militaires qui ont le monopole du cannabis
En Italie, ce sont les militaires qui ont le monopole du cannabis © Getty / Laura Lezza

L'armée italienne est en effet la seule armée au monde à produire légalement du cannabis pour satisfaire le marché italien en cannabis thérapeutique. 

L'Italie a légalisé le cannabis thérapeutique en 2007 et comme il est là-bas remboursé par la Sécu, il a fallu mettre en place une filière locale. Comme les requis légaux pour produire ce cannabis sont trop contraignants, il a fallu confier la tâche à l'armée.

Bon an mal an, dans des serres particulièrement bien gardées du côté de Florence, l'armée italienne produit une centaine de kilos de marijuana. Matière première qu'elle envoie à une usine de médicaments qu'elle possède pour concocter le produit final.

Car l'armée italienne a une usine de médicaments

C'est moins étonnant qu'il n'y parait : en cas de guerre, il vaut mieux disposer de moyens indépendants de produire de quoi soigner les soldats et aussi la population. Ce qui est étonnant, c'est que l'armée italienne est du coup devenue un pôle de recherche médical.

C'est elle, par exemple, qui produit des médicaments dits « orphelines », c'est-à-dire des médicaments qui soignent des maladies trop rares pour que le secteur privé trouve un intérêt économique à les produire.

Ce qui n'est pas le cas du cannabis thérapeutique. D'ailleurs le monopole de fait de l'armée italienne sur l'herbe qui fait rire pose des problèmes. D'abord, elle n'en produit pas assez : l'Italie consomme entre 400 et 500kg de cannabis par an.

On est loin du compte

Il faut donc en importer. Et c'est le second problème, le cannabis de qualité thérapeutique importé des Pays-Bas revient à 80 euros le gramme quand celui de l'armée italienne ne coûte que 5 euros le gramme. De plus le cannabis italien est de moins bonne qualité : il est peu chargé en THC.

Mais pas question de se priver d'une telle manne. Les militaires italiens ont donc obtenu une rallonge budgétaire de plus d'un milliard d'euros pour améliorer la qualité et rapidement tripler la production. Le tout devra marcher au pas ! Non mais !

En Italie, une pub qui fait polémique

Elle couvre en se moment les rues de Milan. Et elle pose une simple question, cette pub :

Un fer à repasser, un pyjama, un tablier de cuisine ou un bracelet Pandora ? Qu'est-ce que vous rendra la plus heureuse ce Noël ?

De ce côté-ci des Alpes, on voit immédiatement le problème ! Pandora étant une marque de bijoux fantaisie. Je vous rassure, côté italien aussi elle choque les féministes, et pas seulement d'ailleurs, où elle est jugé sexiste.

Ce qui est amusant, c'est la réponse assez maline de la marque qui refuse de retirer sa campagne : "effectivement, elle est d'apparence sexiste, cette campagne. C'est voulu ! C'est histoire de rappeler aux hommes en Italie que les femmes pensent aussi !"

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.