C'est bientôt la saison touristique et les découvertes se multiplient en Egypte dont 16 tombes hellénistiques inviolées. L'une d'entre elle contenait un crâne vieux de 2000 ans avec une langue en or.

Une momie de 2000 ans avec une amulette en feuille d'or dans la bouche a été découverte au temple Taposiris Magna dans l'ouest d'Alexandrie.
Une momie de 2000 ans avec une amulette en feuille d'or dans la bouche a été découverte au temple Taposiris Magna dans l'ouest d'Alexandrie. © AFP / HO / Egyptian Ministry of Antiquities

On part en Égypte pour une importante découverte archéologique : pas moins de 16 tombeaux creusés à même la roche et ce dans les tréfonds d’un temple gréco-égyptien du troisième siècle avant l’ère commune, le temple de Taposiris Magna. Le tout à quelques kilomètres du centre de l’immense et sublime cité mythique d’Alexandrie.

Seize tombes intactes avec leurs momies et leurs atours funéraires : masques de pierre qui rappellent en qualité les statues grecques - et pour cause : on est en pleine période ptolémaïque, c’est-à-dire après la conquête gréco-macédonienne d’Alexandre le Grand. Mais aussi un masque funéraire en or, les restes d’une délicate couronne de feuilles d’or, des plaques d’or décoratives représentant Osiris, le dieu de la mort. Et enfin, le plus spectaculaire : un crâne humain dans lequel on a délicatement déposé une langue d’or.

Chercher la tombe de Cléopâtre et trouver 16 tombes

Je ne vais pas faire le malin, je l’ai appris en travaillant sur cette chronique, mais il semble que si cette trouvaille est rare elle n’est pas inédite : les Égyptiens plaçait une feuille d’or sur la langue des défunts pour lui permettre de mieux parler dans l’au-delà.

L’or, qui ne s’oxyde pas et qui semble éternel, avait avant tout pour eux une valeur religieuse. Quant à l’équipe d’archéologues, elle rassemble des chercheurs égyptiens et de République dominicaine ! C’est dire si l’Égyptologie fascine le monde entier.

Dans ce temple de Taposiris Magna, ils espéraient trouver la tombe Cléopâtre – la reine au nez si parfait qui est tombé tour-à-tour amoureuse de César et d’Auguste. Ils avaient d’ailleurs bon espoir : des pièces à l’effigie de Cléopâtre VII y ont été retrouvées.

De la métropole de Saqqara, plus d'une centaine de sarcophages

A la mi-janvier, on a découvert dans la nécropole de Saqqara, à une vingtaine de kilomètres du Caire, plus de 50 sarcophages datant du Nouvel empire, entre les XVIe et XIe siècle avant l’ère commune ! Sans compter le temple funéraire qui les contenait.

Des sarcophages en bois, la plupart encore scellés, souvent somptueusement décorés et, bien sûr contenant des momies en parfait état. Ce n’est pas tout ! En novembre 2020, au même endroit, c’est une centaine de sarcophages et momies qui ont été mis-à-jour!

Chaque fois, la mise en scène est la même : un communiqué officiel, les caméras du monde entier qui accourent et le très médiatique égyptologue officieux du pays, Zahi Hawass qui commente. Il était d’ailleurs présent, tout sourire, deux fois à Saqqara.

L'égyptologue Zahi Hawass, lors de l'annonce officielle de la découverte d'un nouveau trésor dans la nécropole égyptienne de Saqqara, à 30 km au sud du Caire, le 17 janvier 2021
L'égyptologue Zahi Hawass, lors de l'annonce officielle de la découverte d'un nouveau trésor dans la nécropole égyptienne de Saqqara, à 30 km au sud du Caire, le 17 janvier 2021 © AFP / Khaled DESOUKI

Le tourisme dit merci a l'archéologie

L’Égypte applique toujours la même recette : avant la saison touristique, le ministère du Tourisme et des Antiquités annonce une découverte fabuleuse en janvier-février, histoire de laisser le temps aux touristes de s’organiser et de réserver pour Pâques.

Le tourisme c’est un sixième de la richesse nationale du pays et des millions d’emplois directs et indirects. Or, 2021 devait être l’année de la Renaissance avec l’inauguration du Grand musée égyptien au pied des pyramides de Gizeh. Un musée pour les plus belles pièces d’art égyptien, dont le Trésor de Toutankhamon. Alors pour contrer la pandémie et la peur du voyage, il ne restait plus qu’une arme d’attraction massive : des découvertes archéologiques comme s’il en pleuvait…