Ce matin, on va en Argentine où un ministère a commis la pire des bourdes...

Et ce, en voulant souhaiter une bonne et heureuse année 2017 aux Argentins, en plus ! Voilà l'affaire : le ministère du Développement social argentin – ça existe – adresse le 31 décembre au soir ses vœux par internet à l'ensemble du pays.

Une jolie carte de vœux bleu argentin avec en fond une carte constellée d'étoiles de l'Argentine. Enfin, presque toute l'Argentine. Et c'est bien le problème. Le service de com' de la ministre oublie en effet de faire figurer un certain nombre de territoires.

D'abord, l'Antarctique argentin, 3 fois la France tout de même. Ensuite, les îles de l'Atlantique sud, argentines elles-aussi. Mais surtout, le ministère oublie de faire figurer sur la carte l'archipel des Malouines. Le scandale est servi !

L'Argentine a fait la guerre pour reprendre ces îles à la Grande-Bretagne !

C'était en 1982 ! Une guerre de deux mois mais qui allait tout de même causer la mort de 650 soldats argentins et de 255 britanniques. On se souvient tous de Margaret Thatcher tout sourire, juchée sur un char d'assaut.

Bien sûr la déroute argentine a précipité la fin de la dictature militaire mais ça reste une humiliation pour le pays qui n'a jamais cessé depuis de revendiquer ces fameuses Malouines, Malvinas pour les Argentins, Falklands pour les Britanniques.

Donc, lorsqu'un ministère de la République argentine publie une carte sans les Malouines, c'est plus qu'une erreur : c'est une faute ! L'internet argentin s'est immédiatement déchaîné comme le ministère qui a dû présenter ses excuses.

Que s'est-il passé exactement ?

Il s'est passé la fin de l'année, un stagiaire zélé, un service de com en sous-effectif et voilà, tout bêtement. Mais cette affaire tombe au pire moment. Alors même que les relations entre la Grande-Bretagne et l'Argentine se réchauffaient.

Les deux pays sont tombés d'accord en septembre pour deux vols de plus par mois entre les Malouines et l'Argentine. Pas des vols directs ! Mais deux escales de plus en territoire argentin. C'est déjà énorme ! Alors cette histoire de carte de vœux vient tout gâcher.

La revue de presse internationale commence ce matin aux Etats-Unis...

Avec l'histoire incroyable, racontée par le Washington Post, de Teresa Shook, avocate en retraite et plusieurs fois grand mère, qui au lendemain de la victoire de Trump a décidé avec ses copines d'organiser, via Facebook, une marche des femmes à Washington.

En quelques heures, 10 000 ont promis de s'y rendre et quelques jours après plus de 100 000 avaient répondu à l'appel. La marche aura lieu le 21 janvier et sera, ni plus ni moins, que la plus importante manifestation organisée pour cette intronisation.

On va en Chine maintenant pour un bilan très mitigé du cinéma chinois cette année...

C'est le South China Morning Post qui publie ce bilan. En 2016, les recettes des films chinois ont à peine augmenté de 3,5%. Une misère comparée à 2015 et ses 48% d'augmentation. Pourtant, selon le quotidien, 2016 devait l'année du sorpasso.

C'est-à-dire l'année où le total des recettes du cinéma chinois devaient dépasser celle du cinéma américain, en Chine s'entend. C'est raté et c'est la cause est toute trouvée : peu de blockbusters chinois cette année alors que l'Amérique, elle, a redoublé d'efforts.

Enfin, une bonne nouvelle passée inaperçue mais qui fait pourtant le une du Temps, en Suisse : l'ouverture de pourparlers à Genève entre Chypriotes turcs et grecs. Avec, pour la 1ère fois, un échange de cartes. C'est-à-dire qu'on a jamais été aussi près d'une solution de paix.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.