Direction la Russie où un film sur une équipe de basket fait beaucoup parler de lui... Mais pas n'importe quelle équipe de basket : l'équipe soviétique des Jeux Olympique d'été de 1972. Une équipe légendaire puisqu'elle a battu en finale l'équipe américaine par un score incroyable : 51/50 à la dernière seconde !

Un match légendaire et controversé puisque les arbitres ont ajouté une ultime seconde pour départager les deux équipes et le point a donc été marqué par les Russes. Le film s'appelle « Going Vertical » ce qu'on pourrait traduire par « Prendre de la hauteur ».  

L'un des propos du film, c'est la période glorieuse de l'histoire russe où les Américains pouvaient être battus sur leur propre terrain : 7 victoires olympiques d'affilée pour la Team USA et une défaite, en 1972.  

Eh puis, il y a le contexte, les Russes bannis des JO d'hiver qui auront lieu cette année en Corée du Sud pour fait de dopage. Un récent sondage montre que près d'un Russe sur deux pense que cette disqualification d'office est le résultat d'un complot occidental.  

Donc c'est un film de propagande... 

Eh bien, non. Il s'en prend aussi au régime soviétique qui a tout fait pour saborder le travail de l’entraîneur, qui est le vrai héros du film. Ce n'est pas non plus un film anti-américain, puisqu'il montre bien la fascination soviétique pour les Etats-Unis.  

C'est un film russe, avant tout russe. Cette équipe de basket fait partie de la légende du sport russe et, selon les critiques tant russe qu'américaine, c'est un des meilleurs films sur le sport en général et la basket en particulier de 2018. A voir donc !  

Les révélations du livre "Fire and Fury" écrit par l'ancien conseiller de Trump Steve Bannon ont définitivement rompu ce qui liait les deux hommes
Les révélations du livre "Fire and Fury" écrit par l'ancien conseiller de Trump Steve Bannon ont définitivement rompu ce qui liait les deux hommes © AFP / MANDEL NGAN

On repart aux Etats-Unis pour le livre événement de l'année qui fait la une de toute la presse anglo-saxonne ce matin... 

C'est le livre politique le plus attendu de l'année qui débute à peine : « Fire and Fury », « De feu et de fureur, au cœur de la Maison-Blanche de Donald Trump », écrit par le journaliste Michael Wolff après plus de 200 interviews dont celle de Steve Bannon.  

L'ancien conseiller politique de Trump, dans les trois derniers mois de la campagne, puis dans les sept premiers mois de sa présidence. Viré comme un malpropre et qui, aujourd'hui, bombarde l'entourage du président et notamment son fils Don Junior.  

Vous allez forcément en entendre parler : les bonnes feuilles sont sorties dans la presse américaine et britannique et sont dévastatrices. Moi j'ai simplement retenu un détail que je trouve révélateur : Donald Trump n'aurait pas aimé sa propre intronisation.  

Ce 20 janvier 2017, il n'y avait pas assez de stars, pas assez de glamour, pas de public (un tiers de ceux qui ont assisté à celles d'Obama) que des anciens présidents qui comme George W Bush ont pensé sinon déclaré : « Quelle merde bizarre je viens de voir ».

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.