Le confinement nord-coréen pour lutter contre la Covid19 est le plus dur au monde. Plus d'importations et les pénuries commencent affecter lourdement la population.

Il n’y a donc plus de diplomates en poste en Corée du Nord. C’est un post publié en fin de semaine dernière en ligne qui nous l’apprend. Ce qui est assez extraordinaire, c’est que cette lettre collective a été écrite par des diplomates russes affectés à Pyongyang et qui ont dû quitter le pays à la hâte.

Que dit cette lettre ? Que les quelques 300 diplomates présents dans la capitale nord-coréenne, toutes représentations diplomatiques confondues, ont tous quitté le pays. Même l’ONU a déguerpi : il ne reste sur place aucun personnel international.

Pour quelle raison ? Eh bien, les pénuries sont telles en Corée du Nord que même les représentants étrangers, normalement protégés par leur pays d’origine, ne peuvent plus se procurer l’essentiel : des médicaments ou tout simplement de la nourriture.

Plus d'importations et des pénuries sévères

Eh bien, c’est le 2e enseignement de cette lettre : depuis plus d’un an maintenant, et l’apparition de la pandémie de Covid19, le pays s’est entièrement refermé sur lui-même. Plus aucun vol en direction et en provenance de Corée du Nord.

Mais aussi plus aucun commerce avec l’étranger. C’est vrai que la Corée est déjà largement isolée du reste du monde. Mais sa ligne de vie, c’était le commerce avec la Chine, d’où elle importe l’essentiel de ses biens de consommations courantes.

L’an dernier, le commerce bilatéral a été réduit de 80% et depuis le début de l’année, rien. C’est le confinement le plus dur au monde. Jusqu’au délire : les autorités ont expliqué que le virus pouvait se transmettre par les tempêtes de sable venues de Chine.

Que sait-on de l’épidémie en Corée du Nord ?

La Corée du Nord assure qu’aucun cas de Covid19 n’a été recensé sur son territoire. Reste que des observateurs pensent qu’il y a eu des contaminations au sein de l’armée et surtout dans les villes bordant la frontière chinoise.

On sait que de plus que 30 000 personnes, depuis le début de l’épidémie, ont été officiellement placées en confinement renforcé. Par ailleurs, La Corée du Nord obtiendra un million et demi de doses de vaccins dans le cadre du programme Covax de l’OMS.

Mais ce qu’on sait déjà par contre, et la lettre des diplomates russes le confirme, c’est que les pénuries dues à cet auto-enfermement sont dramatiques : on manque de tout en Corée du Nord à un point que le pays n’avait pas connu depuis la famine des années 90.

Des témoignages parviennent à sortir

Il y a deux semaines, six gardes-frontières ont fait défection côté chinois et parlent de « famine et d’épuisement ». Nous avons donc là deux types de témoignages, les diplomates russes et les déserteurs nord-coréens, que Moscou et Pékin laissent filtrer.

Il n’y a pas de hasard : c’est une façon détournée mais claire d’adresser un message à l’administration Biden : d’abord régler la situation humanitaire dramatique des 25 millions de Nord-Coréens, il sera temps ensuite de parler nucléaire et missiles.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.