Ah quelles sont belles les moustaches du capitaine de l'armée de l'air indienne Abhinandan Varthaman ! Un héros pour tout le pays ! Mais que cachent-elles, ces moustaches ?

Manifestation pour le retour du capitaine de l'armée de l'air Abhinandan Varthaman
Manifestation pour le retour du capitaine de l'armée de l'air Abhinandan Varthaman © Getty / Sanchit Khanna/Hindustan Times

Allons en Inde aujourd'hui pour nous parler de moustaches. Pas n'importe quelles moustaches. Les moustaches du commandant de l'air Abhinandan Varthaman, un héros indien, un pilote de chasse. L'homme que tout un pays a attendu une semaine entière et dont les moustaches sont désormais des marqueurs de mode.

Des moustaches si majestueuses – elles tombent harmonieusement sur le menton pour ensuite martialement tracer les mâchoires - ; des moustaches devenues si célèbres que les barbiers de toute l'Inde – et ils sont nombreux – les proposent à leurs clients.

Tous les hommes du pays veulent désormais une « Abhinandan ». Qu'à donc fait cet officier supérieur de l'armée de l'air indienne pour mériter un tel honneur ? C'est simple, il s'est écrasé avec son Mig-21 côté pakistanais et a donc été fait prisonnier.

Célèbre pour s'être écrasé avec son Mig-21 en territoire pakistanais

D'abord, ça s'est passé au cours d'un combat aérien entre jets pakistanais et indiens. Le premier du genre depuis plus d'un demi-siècle. Ensuite, il a certes été abattu, mais il s'est défendu vigoureusement. Il s'est d'abord catapulté de son avion en flamme.

Ensuite, en arrivant au sol, il a échappé à une foule hostile en tirant en l'air. Enfin, cerné de toute part, il a sauté dans un étang et a mangé les quelques documents militaires secrets qu'il avait encore sur lui.

Or depuis sa capture, l'Inde vivait au rythme du feuilleton de son interrogatoire, de sa présentation plus ou moins humiliante devant les caméras par les militaires pakistanais. En clair, la tension était en train de monter jour après jour entre le Pakistan et l'Inde.

Libéré pour atténuer les tensions entre les deux pays

C'est précisément ce qui en fait un héros ! Vendredi dernier, le 1er ministre pakistanais, Imran Khan, annonçait sa libération. Toutes les télévisions indiennes ont retransmis en direct le passage à la frontière du capitaine et de ses moustaches.

En fait, cette histoire d'avion abattu et de capitaine moustachu est plus grave qu'il n'y paraît. L'Inde et le Pakistan sont passés la semaine dernière pas très loin de la guerre tout court. Avec toujours au cœur des tensions la situation très volatile du Kashmir.

De plus, l'Inde est en pleine campagne électorale : en avril prochain, le pays renouvelle son assemblée nationale et donc son 1er ministre. La libération du capitaine Varthaman est donc une aussi pour le Pakistan une façon de ne pas hystériser les électeurs indiens.

L'armée indienne a besoin de se réformer et de se moderniser

Exactement, d'autant que le Pakistan a obtenu ce qu'il voulait : à savoir battre l'armée indienne. Il n'a pas fallu plus de 48 heures aux commentateurs indiens pour remarquer que c'est un moderne F-16 pakistanais qui a abattu ce très vétuste Mig-21 indien.

C'est très cruel pour l'Inde : l'armée pakistanaise est censé être moitié moins importante que l'armée indienne et surtout avoir un budget quatre fois plus petit. Et malgré cela, elle parvient en combat aérien à tailler des croupières à l'Inde.

Tout le monde sait à demi-mot en Inde que l'armée est sous-équipée. Trop de bureaucratie, trop d'hommes pas assez de matériels : 60% des équipements militaires indiens sont qualifiés de « vintage ». Comment fait-on pour camoufler tout cela ? On parle des moustaches du capitaine Varthaman.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.