Les enfants si vous m'écoutez : il n'est jamais trop tard pour s'excuser !

En 1302, un magistrat de Gubbio, un certain Cante Gabrielli, a signé le décret exilant à jamais Dante de sa bonne ville de Florence. Accusé de fraude et de corruption, le décret en question le condamnait à être brûlé vif s'il remettait les pieds en Toscane.

Dante s'est enfui à Vérone, puis pendant 20 ans, il a essayé plusieurs fois d'obtenir l'annulation de ce décret, sans jamais y parvenir. Résultat, le plus grand écrivain italien de tous les temps est mort en exil à Ravenne, seul, loin des siens en 1321.

C'est vrai que, désespéré et surtout accablé d'ennui, éloigné de ses amis et de ses plaisirs, Dante Alighieri s'est consolé en écrivant son chef d'oeuvre. Et l'exil est précisément l'objet de la Divine comédie, puisqu'elle raconte le voyage d'un pèlerin en enfer, au purgatoire et au paradis et qu'il en profite au passage pour moquer ses ennemis et les vicissitudes de la politique florentine.

Mais la ville Gubbio, elle, a préféré se souvenir qu'un de ses citoyens était à l'origine du malheur de l'écrivain et a donc voulu réparer, avant que l'Italie ne célèbre en 2021 les 700 ans de la mort du poète par un vote solennel (19 contre 5) du conseil municipal.

Gubbio a voulu se racheter pour l'éternité et a donc décider d'accorder sa plus haute distinction : le Fiorino d'Oro, le Florin d'or, au poète et à tous ses descendants. Plus qu'une réparation, c'est un hommage.

Une histoire dont devrait se souvenir la ville d'Oryol en Russie. Le maire de cette ville de 300 000 habitants située à environ 360kms au sud-ouest de Moscou a en effet décidé d'ériger une statue au tsar Ivan le Terrible, malgré une opposition farouche.

Notamment, des habitants d'une autre ville russe : Novgorod. En 1570, le star Ivan IV – qui n'est pas surnommé le Terrible pour rien – y a massacré des milliers d'habitants, de façon particulièrement sadique.

En conséquence, jamais aucune statue n'avait été érigée en Russie en souvenir de ce tsar totalement psychopathe qu'on soupçonne d'avoir en plus assassiné de ses propre mains son propre fils et héritier dans un accès de colère.

Mais rien n'y a fait : en partie pour complaire à Vladimir Poutine qui est un fondu d'histoire, mais aussi en partie par provocation, le maire d'Oryol a un peu retardé l'inauguration mais le 3 octobre, c'est-à-dire avant hier, la statue a été inaugurée.

  • Une revue de presse hawaïenne

Au Nouvelliste, exactement, un des plus anciens journaux haïtiens, fondé en 1898, avec un édito qui ne perd pas le nord : « quelque désastreux qu'a été le passage de l'Ouragan Matthew, le rendez-vous du deuxième dimanche d'octobre est encore plus à craindre ».

Alors, vu de France, on se pose la question : qu'est-ce qu'il peut arriver de pire qu'un ouragan de force 4 sur 5 ? Il suffit de lire : « le 9 octobre, si nous ratons les élections municipales, aucune des mesures post-catastrophe ne pourra être mise en oeuvre ».

Et le journal de conclure : « l'ouragan Matthew et ses destructions doivent être le cadet de nos soucis tant l'avenir peut-être sombre si le 9 octobre, un cyclone renverse les urnes ou en fait sortir des calamités portant habits d'élus ». Un poème cet édito !

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.