Elles ont agité des biberons vides dans les rues du Caire, pour dénoncer l’augmentation de 40 % du prix du lait pour bébé et surtout contre la pénurie qui affecte les pharmacies.

Augmentation du prix du lait infantile
Augmentation du prix du lait infantile © Maxppp / Ale Ventura
  • En Egypte où l'armée a décidé d'importer des millions de boîtes de lait maternel...

La semaine dernière, des centaines de mamans sont descendues manifester dans les rues du Caire.

Bébés dans les bras et agitant devant les caméras des biberons vides, elles protestaient contre l'augmentation de 40% du prix du lait maternel, mais surtout contre la pénurie : impossible de trouver la moindre boîte dans les pharmacies.

Le gouvernement égyptien a d'abord répondu avec une certaine désinvolture, dans le style de Marie Antoinette, vous savez : qu'ils mangent de la brioche. En version égyptienne, ça donne : elles n'ont qu'à nourrir leurs bébés au sein !

Devant le tollé, l'armée est montée au front et, ce week-end, a fait savoir qu'elle importerait dans les 15 jours les fameuses 30 millions de boîtes de lait maternel pour les revendre à moitié prix dans les 1 000 centres de soins maternel du pays.

Pourquoi les militaires ? La réponse est très simple : depuis 40 ans, les militaires égyptiens qui s'ennuyaient dans leurs casernes, se sont intéressés à l'économie du pays. Ils se sont rendu compte qu'ils pouvaient gagner beaucoup d'argent en contrôlant quelques secteurs clés.

Comme la distribution d'essence, ou de pain ou même le tourisme, le textile. Bref, ils se sont beaucoup diversifiés. D'autant qu'en plus, ils ont à leur disposition une main d'œuvre quasi gratuite et corvéable à merci : les appelés du contingent !

Un des marchés les plus juteux, ce sont les produits subventionnés, dont le lait pour bébés. Or l'Egypte, ruinée par 5 ans de troubles, réduit toutes les subventions. On soupçonne donc les militaires d'avoir stocké le lait, histoire de le revendre plus cher.

On est pas si loin de la vérité puisque c'est l'armée qui a aussitôt trouvé la solution des 30 millions de boites à importer. Sauf que l'Egypte, c'est 85 millions d'habitants dont 4 millions de bébés. C'est donc du court terme : dans quelques semaines, rebelote, il faudra de nouveau importer.

  • Une revue de presse Allemande

Avec ce titre du Spiegel : « victoire du vote protestataire », hier, dans le land de Mecklenbourg – Poméranie occidentale, et déroute de la CDU, le parti d'Angela Merkel dans son propre fief électoral, en ex-Allemagne de l'Est.

Pourtant, explique le Spiegel, dans cette région vivent seulement 25 000 réfugiés sur le million accueillis par l'Allemagne. Pour la Tageszeitung, après cette victoire des populistes de l'AFD, « il est tentant d'y voir une victoire de l'extrême droite ».

Ce n'est pas le cas : seule une petite partie de cette région déshéritée a voté pour les extrémistes néo-nazis du NPD ou les populistes de l'AFD. La première leçon de cette élection est qu'il faut les combattre. Coûte que coûte.

Quant à la Frankfurter Allgemeine Zeitung, son analyse est plus froide : « cette élection est surtout le signe d'une ostracisation des partis de gouvernement. Une grande partie de la population est désormais hostile aux compromis politiques qui les caractérisent ».

  • Un petit détour par l'Italie...

Après la polémique déchaînée chez nos voisins par le dessin de Charlie Hebdo représentant des victimes du tremblement de terre d'Amatrice compressés en lasagne.

Pour le quotidien La Stampa, « le dessin de Charlie est répugnant et banalement raciste. Donc, « sommes-nous ou ne sommes nous plus Charlie ? Oui, nous le sommes toujours par amour de la liberté d'expression »... Même lorsqu'elle est si pauvrement utilisée.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.