Par Bertrand Gallicher

Manifestation en soutien aux migrants mexicains (2014)
Manifestation en soutien aux migrants mexicains (2014) © Reuters / Lucy Nicholson

Au moment où Barack Obama s'engage officiellement dans la campagne d'Hillary Clinton - c'était hier soir en Caroline du Nord à l'autre extrémité du pays - les 11 millions d'immigrés sans papiers sont devenus l'enjeu politique du moment.

Dans l'Etat de Californie, ils sont près de 3 millions sur une population de 39 millions.

Les sociologues y voient un laboratoire. Politiquement, c'est un marqueur. Chacun connaît les propositions explosives de Donald Trump sur le sujet et son programme : la construction d'un mur de 3.000 kilomètres de long entre les Etats-Unis et la Mexique et le renvoi de millions de clandestins.

En avril dernier, le milliardaire était accueilli en Californie sous les huées et la police chargée de le protéger avait été bombardée par des oeufs. Côté démocrate, Obama a permis l'intégration de beaucoup de clandestins/ mais il en aussi renvoyé près de deux millions et demi chez eux. Et le mois dernier la Cour suprême a bloqué des mesures de régularisation temporaires voulues par la Maison blanche concernant 4 millions de migrants.

Un enjeu de campagne mais aussi une réalité quotidienne avec laquelle la Californie doit composer.

Dans le Golden State nombre de sans papiers font tellement partie de la vie quotidienne et sont devenus si indispensables à la réussite de l'économie que des initiatives se multiplient pour les intégrer.

Depuis un an, raconte le Los Angeles Times, des centaines d'immigrants illégaux bénéficient d'une loi californienne qui leur permet de s'installer comme coiffeurs, mécaniciens, agents de sécurité, mais aussi pour les plus diplômés en tant que médecins, infirmiers, psychologues, ou pharmaciens.

Autant de professions très demandées en Californie et qu'ils pratiquaient souvent dans leur pays d'origine -le Mexique - dans la plupart des cas.

Dans l'espoir de toucher du doigt le rêve californien, beaucoup d'entre eux s'étaient fait embaucher pour récolter des fruits ou comme employés de maison. La Californie les autorise aussi à obtenir un permis de conduire... à condition qu'ils fournissent la preuve de résider sur place et qu'ils passent des tests écrits ainsi qu'un examen de la vue.

Dans ce domaine, la Californie ne figure pas parmi les pionniers. Une dizaine d'autres Etats américains offrent déjà cette possibilité. Mais le nombre d'immigrants clandestins sur le territoire californien en fait une mesure phare.

Depuis un an et demi, la délivrance de ces permis spécifiques aux immigrés a explosé. Des centaines de milliers d'étrangers ayant besoin d'une voiture pour leur travail ou amener leurs enfants à l'école en ont bénéficié.

Ce document destiné à améliorer la sécurité routière n'est toutefois pas reconnu comme une pièce d'identité au niveau fédéral.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.