Elle s'appelait la « Flotte du trésor », et c'était à l'époque la première flotte d'Etat au Monde, et de loin.

Représentation miniature de la« Flotte du trésor », de l'amiral Zheng He au musée maritime de Singapour, 2011.
Représentation miniature de la« Flotte du trésor », de l'amiral Zheng He au musée maritime de Singapour, 2011. © Maxppp / STEPHEN MORRISON/EFE/Newscom

A son apogée, au milieu du XVe siècle, elle comptait 3 500 vaisseaux. La marine Américaine aujourd'hui, qui est la première au monde, n'en compte que 460 !

Mieux encore, elle était aussi, cette flotte impériale, la première par la technologie. On rapporte dans les chroniques de l'époque des vaisseaux à 9 mats et qui auraient pu mesurer jusqu'à 130 mètres de long et pouvant accueillir jusqu'à 1 500 hommes d'équipage.

La Santa María, le plus grand des 3 vaisseaux de Christophe Colomb, mesurait 25 mètres de long, c'est à dire qu'elle était 5 fois plus petite que le vaisseau amiral de la « Flotte du Trésor » chinoise. On parle bien de la même période : XVe et XVIe siècle.

Elle flotte dont on sait que, des décennies avant Colomb, elle sillonnait les mers jusqu'en Afrique. Une flotte qui, en un seul voyage, pouvait aligner 300 navires à la fois. L'invincible armada de Philippe II, comptait 120 navires.

C'est un des grands mystères de l'histoire: en 1470, les cartes et les écrits du Grand Amiral de la flotte chinoise, Zheng He, ont été détruits pour que personne ne puisse les utiliser. Les vaisseaux ont été brûlés ou laissés pourrir dans les ports.

Les derniers ont été désarmés en 1525. Pourquoi avoir abandonné cette suprématie maritime ? Les historiens ont plusieurs thèses : le coût gigantesque de cette flotte qui, par ailleurs, ne rapportait pas grand chose. Des guerres terrestres et non maritime.

Mais un prix Nobel d'économie vient de publier une nouvelle thèse passionnante: pour Angus Deaton, si la « flotte du trésor » a été détruite, c'est parce que les mandarins, la haute administration impériale, si vous voulez, a eu peur pour ses privilèges.

Peur de l'ascension et de l'enrichissement irrésistible d'une nouvelle classe sociale : celle des marchants et donc la bourgeoisie citadine. En clair, pour empêcher d'autres d'accumuler richesses et pouvoir, l'Empire a préféré se refermer sur lui-même.

500 ans plus tard, le président Xi Jinping, déclarait: « Si l'on a peur de l'Océan, on finit noyé. Nous avons appris de l'Histoire et nous défendons le commerce mondial. Que vous le vouliez ou non, l'océan, c'est la mondialisation et on ne peut pas y échapper ».

  • Une revue de presse au Japonais

Dans les pages du Mainichi Shimbun : la Corée du Nord a, à nouveau, tiré non pas un mais quatre missiles balistiques en direction du Japon, dont trois ont parcouru un milliers de kilomètres pour s'écraser en mer du Japon. « Un nouveau niveau de menace est franchi ».

  • Et au Royaume-Uni

L'édito de The Observer, paru hier, revient, comme quasiment toute la presse internationale, sur la campagne présidentielle française : « Le fait que malgré tout ses problèmes, François Fillon ne soit pas encore sorti de la course dit beaucoup de cette élection élection extraordinaire qui a décidément brisé toutes les règles et envoyé aux oubliettes tous les précédents. » Une élection et une année, que l'Observer, très justement, qualifie de « néo-révolutionnaire ».

Enfin, dans les pages du Telegraph, toujours à Londres, je suis tombé sur une histoire très émouvante : celle d'un vieil homme de 95 ans qui a attendu l'année dernière pour avouer à ses petits enfants qu'il était gay.

Il s'appelle Ronald Blank, Polonais d'origine, il a émigré aux Etats-Unis après guerre, après avoir survécu aux camps de la mort nazis. Puis il s'est marié, a eu 2 enfants et aujourd'hui cinq petits-enfants et il est même arrière grand-père aujourd'hui.

A sa femme, il a avoué son secret en 1953, à la naissance de leur deuxième enfant. « Je savais que j'étais homosexuel dès l'âge de 5 ans. Mais à mon époque, c'était un crime. Alors j'ai gardé mon secret toute ma vie ».

Aujourd'hui, il fait son coming out, à 95 ans donc et il aimerait bien en profiter pour trouver un compagnon qui lui ressemble. Le physique lui importe peu.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.