Ce matin, direction l'Inde qui vient d'inaugurer le train le plus rapide d'Inde entre Delhi et Agra !

C'était mardi, il y a donc deux jours. Le train « le plus rapide d'Inde » avait été recouvert pour l'occasion par d'immenses colliers de fleurs, il y avait un ruban rouge, un ministre, une fanfare. Bref : inauguration en grande pompes pour ce Gatimaan Express .

Il ne faudra plus désormais que 100 minutes, tout juste pour effacer la distance entre Delhi et Agra, la ville du fameux Taj Mahal. Une distance de 192km. Je vous épargne le calcul mental :le Gatimaan Express roule donc à 160km/h de moyenne.

Vu de France, d'Espagne du Japon ou encore de Chine, ça nous fait doucement rire puisque nos TGV, nos AVE ou nos Shinkansen vont au minimum deux fois plus vite. Mais vu d'Inde où les trains font du 100km/h de moyenne, c'est une révolution ! Enfin, une révolution, pas vraiment non plus. Parce que ce train bat, certes, un record vieux de 28 ans mais le record, c'était justement sur cette ligne où depuis 1988, un autre express reliait Agra en 118 minutes à 150km/h. Autrement dit, on gagne 18 minutes.

The Gatimaan Express
The Gatimaan Express © MaxPPP

En fait, ce « train le plus rapide d'Inde » , c'est de la com', même si pour atteindre 160km/h, il a fallu améliorer la ligne entre les deux villes. On voit bien aussi qui empruntera ce train : les touristes qui se rendront au Taj Mahal.

Le voyage nous coûtera entre 10 et 20€, ce qui n'est rien pour nous mais qui est une somme pour beaucoup d'Indiens. D'ailleurs, les services de bord ont été pensés pour les touristes : wifi, air conditionné, restauration soignée et toilettes modernes.

Mais ce train est surtout le signal que le gouvernement indien est sérieux dans sa volonté de rénover entièrement le réseau ferré du pays. Les Indiens adorent le train. Chaque jour, les trains indiens transportent 23 millions de personnes. La population de l'Australie.

L'idée c'est d'électrifier les voies, moderniser les trains, et surtout de construire des vraies lignes de TGV. La première devrait être inaugurée entre Bombay et Ahmedabad en 2023. Il sera japonais ce TGV.

La seconde vient d'être annoncée : entre Delhi et Amritsar. Le gouvernement indien s'apprête à investir 52 milliards d'euros dans ce qu'il appelle le quadrilatère de diamant, entre les villes de Delhi, Bombay, Calcutta et Chennai. Et la France est sur les rangs !

Une revue de presse espagnole aujourd'hui avec un scandale qui touche le parti anticapitaliste Podemos

Le quotidien de droite ABC tient son scoop : un document date de 2008 et signé de la main même d'Hugo Chavez, l'ancien président vénézuélien, qui attribue plus de 7M€ à une fondation politique, ancêtre de Podemos, le parti anticapitaliste espagnol.

« Aujourd'hui, triomphe ABC nous publions un document extraordinaire qui démontre qu'Hugo Chávez a financé à coup de million de $ le « changement politique » dans notre pays au travers de Podemos et, entre autres, de son leader, Pablo Iglesias ».

La « fuite » de ce document n'est même pas un mystère. Selon le journal en ligne El Confidencial , il proviendrait des pièces de l'enquête instruite depuis 2014 par la police espagnole sur le financement illégal de Podemos .

Le quotidien El Mundo , pour sa part, a choisi un autre angle d'attaque : « que fait le gouvernement ? ». « Rien », se répond-il lui même. « Ces informations sont connues depuis plusieurs mois. Si la loi s'appliquait en Espagne comme partout ailleurs en Europe, cela ferait donc des mois que Podemos serait aussi illégal que l'ETA. »

A gauche, par contre peu ou pas de commentaires sur ce scoop, sinon pour faire remarquer, comme le quotidien Público , que ces révélations tombent pile au moment où Podemos négocie difficilement un accord de législature avec les socialistes.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.