Notre histoire du jour nous emmène au Vénézuela ce matin, et en chanson!

Il n'y a pas qu'en France que tout finit toujours par une chanson, au Vénézuela aussi ! Pourtant, en ce moment, il n'y a pas beaucoup de raisons de se réjouir à Caracas : les pénuries d'à peu près tout, sont le quotidien des Vénézuéliens : Plus de papier toilette, plus de contraceptifs, plus de médicaments, des coupures d'électricité géantes et une inflation tellement élevée que le gouvernement refuse de publier les chiffres.

Mais heureusement, il y a Daniela !

Daniella est une chanteuse vénézuélienne, la "petite princesse pop du chavisme", la popstar rouge qui chante le Comandante Chávez et sa révolution bolivarienne. Daniella, 23 ans :

Celui qui est invincible, vous l'avez compris, c'est Hugo Chávez , le Comandante mort en 2013, ce "géant ", dit la chanson, que la belle Daniella remercie de " tout cet amour qu'il a répandu sur le pays " . Daniela, c'est l'atout cœur du Chavisme. Elle part avec un petit avantage, Daniella : elle est la fille du n°2 du régime chaviste, Diosdado Cabello . Elle n'a donc aucune difficulté à trouver des producteurs et de l'argent pour ses clips. Elle a tout ce qu'elle veut, Daniela.

Evidemment, de temps en temps, la réalité la rattrape : elle s'est fait, par exemple, copieusement huer dans un stade bondé de Caracas il y a à peine un mois. Il faut regarder sa vidéo pour comprendre pourquoi : On y voit des paysans souriants, dans des champs de fleurs, alors que le pays ne produit plus rien et importe tout, des étudiants enthousiastes alors qu'une quarantaine sont morts lors des manifs de 2014 et que le pays est n°1 en Amérique pour le nombre d'homicides : 28 000 en 2015, record d'Amérique battu !

Mais pour Daniela, tout va bien, le Vénézuela est une terre d'abondance et d'opportunité veillée par l'invincible Comandante Chávez dont l'amour inonde toujours le pays.

Direction la Corée, au lendemain de l'essai nucléaire de Pyongyang

Et là, on connaît tous la chanson puisque c'est la quatrième fois que la Corée du Nord surprend le monde entier en effectuant un essai nucléaire depuis 2006. Et à chaque fois, son voisin sud-coréen régit avec la même inquiétude.

Avec cette question : Pyongyang a-t-elle ou non fait exploser une bombe H ? C'est plutôt non, selon les experts consultés par le New York Times : «La détonation d'hier tourne autour de 6KT… Or une bombe à hydrogène dégage plutôt une énergie de l'ordre de 15 000 à 50 000KT . » Mais pour le quotidien sud-coréen Korea Times , la question est plutôt : que cherche à prouver la Corée du Nord avec ce nouveau test qui a surpris même les Chinois ? ».

La réponse, selon un autre quotidien sud-coréen, le Chosun Ilb o, pourrait être la suivante : une position de force lorsqu'il s'agira de s'assoir à la table des négociations et d'obtenir des États-Unis, du Japon ou de Séoul de l'argent et de la nourriture ».

Le Korea Herald , pour sa part, est presque fataliste : «Une fois de plus, le monde est témoin de la difficulté de négocier avec un État voyou ». Le journal appelle à infliger à la Corée du Nord de nouvelles sanctions, histoire d'isoler un peu plus le pays.

__ Même les Chinois n'ont pas apprécié, alors qu'ils sont les alliés naturels de la Corée du Nord.

Dans leGlobal Times , un quotidien proche des durs du régime de Pékin, l'essai nord-Coréen est qualifié de contreproductif :

« L'arme nucléaire n'a jamais assuré la prospérité d'une nation. Pyongyang serait bien inspiré de s'ouvrir au monde plutôt que de le défier et de s'enfermer dans le cycle vicieux des provocations et des sanctions ».

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.