Par Béatrice Dugué

L'artiste Banksy est retourné à l’école à Bristol

C’est un petit bonhomme qui a franchement l’air dessiné par un enfant, avec son corps en triangle, sa grosse tête, ses doigts en étoile à la fin de ses bras en ligne droite..

A sa gauche une petite fleur, et à sa droite une maison – enfantines également toutes les deux.

Et puis au bout du bâton du petit personnage : un pneu en feu, qui n’a plus l’air du tout d’un dessin d’enfant. Peinture parfaite.

Les gamins d’une école primaire de Bristol ont découvert ce graffiti sur l’un des murs de leur établissement, hier matin, à leur retour de week end.

Il ne s’agit pas d’un acte de vandalisme. Plutôt d’un cadeau de Banksy. L’artiste a laissé sa signature, en bas à gauche, sur le mur. Une fresque pour dire merci, puisque l’école a lancé un concours pour rebaptiser plusieurs de ses bâtiments.. du nom de célébrités de la ville de l’ouest de l’Angleterre. Et le nom de Banksy a été retenu.

D’ailleurs, son porte-parole a confirmé que le graff émanait bien du "pape du street art".

Et puis, le principal qui - le premier - a vu l’œuvre en arrivant à l’école, a aussi reçu un message manuscrit assez cocasse. « Merci de votre lettre et d’avoir donné mon nom à l’une de vos classes. Faites une photo s’il vous plait, et si le dessin ne vous plaît pas, sentez vous libre d’ajouter des trucs. Je suis sûr que les profs vous laisseront faire. Souvenez-vous qu’il est plus facile de se faire pardonner que d’obtenir la permission… Much Love… » Et la célèbre signature au bas de la page.

Le principal- un peu estomaqué - avoue qu’il a passé quelques coups de fil rapidement hier matin, pour être sûr que personne ne viendrait faire la boulette et nettoyer la fresque.

Cette œuvre nous éclaire peut être un peu sur l’identité de Banksy. Des scientifiques de l’université Queen Mary de Londres ont affirmé au début du mois d’avril, qu’ils avaient identifié celui qui multiplie les pochoirs plein d’humour ou à message antisystème, ou les deux.

En janvier dernier, il a - par exemple - peint une Cosette nimbée de gaz lacrymogène, tout prêt de l’ambassade de France à Londres, pour dénoncer le gazage des migrants de la jungle de Calais. Il a peint sur le mur de séparation israélien une fillette qui fouille un soldat.

Alors les chercheurs ont appliqué une méthode de profilage géographique utilisée d’habitude pour localiser ou confondre les criminels.

Ils ont analysé 140 des graffitis de Banksy à Londres et Bristol. Et ils en ont déduit que Banksy pourrait s’appeler Gunnigham et qu’il aurait fait ses études dans une école de Bristol… tiens tiens ! Ce que pourrait corroborer le joli geste d’hier matin.

Hillary Clinton omniprésente dans les versions numériques des quotidiens américains

Puisqu'elle vient d'être déclarée gagnante de la primaire démocrate. Les titres laconiques se ressemblent.

Mais les photos sont singulières alors que le moment est le même. Hillary Clinton est en meeting à Long Beach près de Los Angeles, avec son "tailleur pantalon" bleu électrique, et brushing impeccable.

Mais chaque journal a opté pour un angle différent.

De face dans le Washington Post avec des militants derrière et le drapeau US à gauche.

Quasi de profil pour le Boston Globe avec une bannière étoilée fugace sur le côté droit du cliché, et le pupitre avec le slogan de campagne "Figthing for us" de l'autre côté.

Le drapeau américain pour seul fond dans le New York Times . Et enfin une photo plus active dansUS Toda y : Hillary Clinton tout sourire traverse une scène de droite à gauche entre la bannière étoilée et un clocher d'église.

Et puis cette photo de Mohamed Ali

La presse internationale en a publié beaucoup ces derniers jours... Du boxeur en pleine gloire sur un ring, notamment..__

Le Scottish Sun en exclusivité hier, et le Washington Post américain ce matin, ont choisi eux de diffuser le dernier cliché officiel du monstre sacré, deux mois avant sa mort chez lui à Phoenix.

C'est un gros plan signé du britannique Zenon Texeira. Bouleversant. Le visage d'Ali est amaigri, décharné, le cheveux plus rare et le regard semble presque aveugle. Mais le Greatest exquisse un sourire. Et c'est ce qui fait toute la tendre humanité de la photo.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.