C'est le show annuel du président russe : plusieurs heures en direct à répondre aux questions des Russes. Cette année, il y aura cependant quelques innovations, histoire peut-être de ménager le Tsar de toutes les Russies

Au centre d'appel du rendez-vous annuel de questions-réponses de Vladimir Poutine
Au centre d'appel du rendez-vous annuel de questions-réponses de Vladimir Poutine © Getty / Sergei Bobylev

On part en Russie aujourd'hui pour la traditionnelle émission de question – réponse à Vladimir Poutine... : « Ligne directe ». C'est aujourd'hui à partir de 11h, heure française. La recette est toujours la même depuis 16 ans : des questions au président Poutine de toute la Russie, des réponses circonstanciées et une baboushka qui attendrit tout le pays.

Ca va durer des heures – une fois, en 2013, près de 5h – et des millions de questions vont parvenir au standart téléphonique qui n'en sélectionnera que quelques dizaines, dans tous les domaines : les retraites – la babouchka – le prix de l'essence, la Syrie...

L'émission n'a jamais été annulée, sauf en 2012. Officiellement à cause de conditions climatiques défavorables, officieusement pour cause de manifestations d'ampleur nationales contre le régime Poutine. Et officiellement aussi, Vladimir adore ça !

Cette année, pas de public et des visioconférences

Oui mais alors pourquoi changer une émission qu'il adore. Parce que cette année, de l'aveu même des producteurs, tout sera différent. Depuis 2007, l'émission se passait en public et dans un studio spécialement aménagé.

Cette année, il ne devrait pas y avoir de public, même si le Kremlin n'a pas confirmé cette info. Et cette année surtout, Vladimir Poutime usera de la téléconférence. Je m'explique : d'habitude, il prenait tout sur lui :

Que les questions concernent Saint Pétersbourg, Moscou ou Vladivostok, c'était pour lui. Cette année, il appelera en direct le gouverneur de la région concernée. Ca veut dire que des dizaines de hauts fonctionnaires russes vont trembler devant leur téléphone.

Eviter d'être identifié aux ennuis et problèmes du quotidien

Pourquoi ce changement ? Pour une raison simple : les ennuis, ne sont pas syrien, ukrainien ou même américains. Ca, les Russes pensent que leur président réussit très bien. Les ennuis, c'est, en mars dernier, le centre commercial en feu de Kemerovo : 64 morts, dont beaucoup d'enfants.

Les ennuis, ce sont, toujours en mars, ces dizaines d'enfants hospitalisés après une fuite de gaz dans une décharge à l'air libre de Volokolamsk. Les ennuis, c'est incurie et la corruption des elites locales auxquelles Poutine ne veut surtout pas être associé.

Des mauvaises langues disent surtout que l'absence de public refocalisera l'attention sur le président lui-même. Autrement dit, Poutine ne veut pas que son émission lui échappe mais par contre, il sous-traitra les problèmes à des gouverneurs terrorisés.

La bouteille d'eau qui scandalise les Russes

Oui, parce que c'est une histoire qui résume bien ce que les Russes pensent de l'incurie et de la rapacité de leurs élites politiques comme économiques. C'est l'histoire d'une bonne idée marketing : une bouteille d'eau minérale de 2,5L en forme de ballon de foot.

Un énorme succès commercial à la veille du Mondial de foot. Sauf que placée au soleil, cette bouteille facettée fait loupe et créé des débuts d'incendies. Des dizaines de vidéos sont postées sur internet pour dénoncer le danger, 2 mois après l'incendie de Kemerovo.

Croyez-vous que le fabriquant ait retiré ses bouteilles ? Non, bien sûr ! Il est droit dans ses bottes, à la russe. C'est Auchan Russie qui a dû intervenir pour interrompre la commercialisation, histoire de ne pas s'exposer au moindre risque d'incendie.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.