Ce matin, c'est avec la « une » du magazine allemand « Der Spiegel » que je commence cette chronique

Les Unes du « Spiegel » sont généralement très réussies. Cette semaine, le « Spiegel » a décidé d'illustrer la crise des réfugiés. On y voit un camion comme il en circule partout en Europe, passé aux rayons X, comme sous un portique de sécurité. Et, serrés les uns contre les autres, des dizaines de migrants debout à l'arrière.

Le titre est à l'avenant : « sans pitié ou impitoyables ». Impitoyables les passeurs, bien sûr, dont on apprend à la lecture de l'hebdo que le chiffre d'affaires cumulé de ces réseaux a désormais dépassé dans le monde celui du trafic d'armes et de la prostitution.

Mais c'est aussi une « une » à destination des Allemands. Tous savent que l'Holocauste a commencé par des camions chargés de Juifs que l'on d'asphyxiaient avec les vapeurs d'échappements. Une façon de dire : plus jamais ça, ni hier avec les Juifs, ni aujourd'hui avec les migrants.

Pourquoi les pays arabes n'accueillent pas plus de réfugiés syriens ?

On a raison de se la poser, cette question. Après tout, la guerre civile syrienne est une affaire moyenne-orientale. Pourquoi les pays arabes n'accueillent-ils pas plus de Syriens, d'Irakiens ou d'Afghans ? Pourquoi l'Allemagne et pas l'Arabie Saoudite ou le Qatar ?

Je parle bien des monarchies du Golfe, richissimes, et pas des pays frontaliers avec la Syrie – Jordanie, Liban et Turquie – qui eux font cette effort de solidarité. Un effort énorme : au Liban il y a 1,2 million de réfugiés. Le quart de la population.

En Jordanie, c'est 630 000, pour 8 millions d'habitants alors que le pays pauvre. La Turquie, elle, en accueille 2 millions et donne depuis quelques mois à ceux qui le veulent carte de résidence et permis de travail.

En comparaison, les pays du Golde ne font vraiment rien. Alors que leur richesse est incommensurable. La critique est d'autant plus violente que ces mêmes monarchies du Golfe financent les djihadistes. Pas directement mais par le biais de riches Saoudiens ou Koweitiens.

Alors ces pays se défendente. Ils expliquent que des centaines de milliers de Syriens vivent dans le Golfe. 160 000 rien que pour les Emirats Arabes Unis. Le problème, c'est que cette présence-là n'a rien à voir avec la guerre, ou très peu. Ils étaient là avant !

Le deuxième argument, c'est : notre solidarité, nous la montrons autrement. Notamment en finançant des opérations humanitaires. Ca c'est vrai qu'à priori, faire des chèques, les monarchies du Golfe savent faire. Depuis toujours.

Sauf que, quand on regarde dans le détail, on se rend compte que l'Arabie saoudite, par exemple, a donné cette année 18 millions de dollars à l'ONU pour ses camps de réfugiés. Mais à titre de comparaison les Etats-Unis, eux, ont donné 60 fois plus : plus d'1 milliard de dollars !

Reste une question : les Syriens veulent-ils aller dans ces pays ? C'est bien sûr la vraie question ! Je vais vous répondre en 2 temps.

D'abord, les réfugiés vont là où ils se savent accueillis. Donc l'Allemagne et pas l'Arabie saoudite. Ensuite, à choisir où vivre entre un pays démocratique d'Europe et une monarchie absolue qui applique la charia, vous feriez quoi ? Eh bien, les Syriens aussi !

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.