Des milliers de Marocains sont encore aujourd'hui coincés à l'étranger, trois semaines après la fermeture totale des frontières de leur pays. Aujourd'hui, ils en appellent au roi.

Mohammed VI, roi du Maroc, appelé par des milliers de ressortissants coincés à l'étranger
Mohammed VI, roi du Maroc, appelé par des milliers de ressortissants coincés à l'étranger © AFP / FADEL SENNA

Ce matin, je vous raconte l'invraisemblable odyssée de milliers de Marocains qui se trouvent, au moment où je vous parle, coincés dans une bonne dizaine de pays : France, bien sûr, mais aussi Espagne, Turquie, Allemagne, Pays-Bas, Etats-Unis, Sénégal, Malaisie, voire Pérou ou Thaïlande !

Impossible pour eux de rejoindre la mère patrie marocaine : depuis le 13 mars en partie, puis le 15 mars totalement, le Maroc a fermé l'ensemble de ses frontières aériennes et terrestres : plus aucun vol depuis et à destination du royaume chérifien.

La mesure se comprend d'un point de vue sanitaire : le Maroc est un pays touristique avec, de plus, une forte communauté émigrée : pas question de laisser entrer le coronavirus en même temps que des étrangers ou des Marocains de retour au pays.

Le Maroc s'est refermé : personne ne rentre, même pas les siens

Non, et c'est même ce qui rend cette situation d'autant plus insupportable pour ces Marocains coincés à l'étranger : ils ont vu les Européens, et notamment les Français, être finalement rapatriés, mais aussi les Egyptiens, les Saoudiens, les Emiratis...

Bref, tout le monde a pu rentrer chez soi, sauf les Marocains. Pour être juste, le gouvernement de Rabat n'a pas rien fait : à Istanbul, par exemple, près de 500 chambres d'hôtels ont été mises à la disposition de ces exilés involontaires.

Des paniers alimentaires ont aussi été distribués. Mais voilà, ça fait plus de trois semaines maintenant que cette affaire perdure et, comme le dit la presse locale, le "silence du ministère des Affaires étrangères marocain est assourdissant".

La cas de Ceuta et Melilla

Il y a plus dingue encore. Vous savez qu'il y a au Maroc deux enclaves espagnoles : les villes de Ceuta et Melilla. Or, derrière il y a, à Ceuta, 150 nationaux marocains et 144 mineurs qui ne peuvent traverser la frontière et sont hébergés dans un gymnase.

Même topo à Melilla où 300 Marocains se retrouvent ainsi coincés en territoire espagnol. Or ces Marocains qui ne veulent que rentrer au pays, pourraient presque toucher la terre promise et ils l'a voient au delà des immenses herses qui hérissent la frontière.

C'est d'autant plus absurde que cela en devient presque dangereux pour eux : il y a déjà 4 décès parmi la population de Ceuta dues au Coronavirus et deux à Melilla. Mais le gouvernement marocain sollicité n'a donné aucune réponse officielle. Silence radio !

La lettre à Mohamed VI

La dernière solution qu'ont trouvée ces Marocains errants de par le monde, c'est d'en appeler au roi du Maroc : hier, le magazine marocain Tel Quel s'est fait le relai d'une lettre adressée à Mohamed VI. Une lettre qui commence par ces mots :

"Nous sommes des centaines de Marocains bloqués à l'étranger. Après trois semaines sans perspective d'une possibilité de retour, nous arrivons aujourd'hui au bout de nos ressources financières. Aujourd'hui nous nous sentons abandonnés.

Chaque jour nous voyons des citoyens du monde entier rentrer dans leur pays. Cela alimente notre détresse alors même que le Maroc se félicite d'organiser le départ des étrangers bloqués dans le royaume. Votre Majesté, vous seul pouvez nous entendre".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.