Le parlement Maltais vient de légiférer contre les thérapies qui visent à guérir l'homosexualité.

Rassemblement à Malte en 2014 lorsque le mariage pour tous a été accepté
Rassemblement à Malte en 2014 lorsque le mariage pour tous a été accepté © AFP / MATTHEW MIRABELLI

Car oui, il existe des pseudo thérapies visant à guérir l'homosexualité. Ça a même un nom, ça s'appelle la « conversion therapy » où comment transformer un gay en hétéro en quelques semaines, assurent les charlatans qui en font la promotion.

L'île de Malte est donc devenue le premier pays européen à interdire sur son territoire ce qui s'apparente tout de même à de la torture psychologique. Même si, aujourd'hui, plus question d'électrochocs ou même de castration pour guérir les gays, comme par le passé.

Aujourd'hui, ces « cliniques » utilisent la psychothérapie comportementale, qui visent à déconstruire le désir, et sont souvent promues par des groupes religieux, aux Etats-Unis souvent évangéliques. Parce qu'évidemment, ces méthodes prospèrent aux Etats-Unis.

Certains Etats les interdisent, comme cinq Etats Américains dans lesquels c'est un des combats des plus vifs des gays et des lesbiennes. Une de leurs têtes de turcs est... Mike Pence, gouverneur de l'Indiana et... vice-président de Donald Trump !

Il a quand même écrit en 2000 que « les ressources de l'Etat devraient être allouées à ces institutions qui aident ceux qui cherchent à changer de comportement sexuel ». Est-ce un soutien à ces « méthodes » pour guérir l'homosexualité ?

Il a fallu attendre novembre 2016, c'est-à-dire il y a quelques semaines à peine, pour que son porte-parole démente catégoriquement un quelconque soutien du futur vice-président des Etats-Unis.

C'est tout de même étonnant que ce soit Malte qui interdise la première ces méthodes, parce qu'à y regarder de plus près Malte n'a légalisé le divorce qu'en 2011 et interdit toujours toute forme d'avortement. C'est même le dernier pays européen à l'interdire absolument.

Et pourtant, ça n'empêche visiblement pas le législateur maltais d'avoir adopté en 2014, avant la France donc, le mariage pour tous. Malte est d'ailleurs cité en exemple de pays « homophile » par les associations LGBT et ce pour la 2nde année consécutive.

C'est d'ailleurs un paradoxe qu'on retrouve aussi en Amérique latine où plusieurs pays ont adopté sans problème le mariage gay mais refusent absolument l'avortement. Il faut croire QUE le vrai enjeu ce sont moins les droits des gays que ceux des femmes.

  • Une revue de presse Espagnole

Je suis tombé sur un article d'El País qui, me semble-t-il, décrit parfaitement la situation de centaines de milliers de travailleurs pauvres en Europe. Le quotidien a enquêté sur ces femmes qui nettoient les chambres des hôtels de luxe de la capitale espagnole.

Le journaliste a parlé à des femmes qui gagnent 2 euros 15 par chambre. « C'est-à-dire qu'il leur faut 400 chambres pour toucher 860€ par mois à raison de 25 à 45mn par chambre ». Pour payer si peu, les hôtels font désormais appel à des sociétés de service.

Dans les pages du quotidien algérien El Watan : un mystère.

Celui du limogeage de l'ambassadeur d'Algérie à Paris. Il était lundi en plein entretien avec le recteur Boubakeur, lorsqu'il aurait reçu le coup de fils fatal d'Alger.

A défaut d'une confirmation officielle, les rumeurs vont bon train : aurait-il manqué de respect à des huiles algériennes de passage à Paris. Aurait-il mal communiqué lors de la dernière hospitalisation à Grenoble du président Bouteflika : mystère donc.

Enfin, la une du jour c'est tout de même celle de Time Magazine qui a élu Donald Trump, homme de l'année 2016. Il succède à Barack Obama en 2012, au pape François en 2013, à ceux qui se sont battu contre Ebola en 2014 et à Angela Merkel en 2015.

Cette simple énumération montre combien, cette année, nous avons changé d'époque...

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.