Une popularité au beau fixe, une économie en pleine croissance et un chômage au plus bas : Donald Trump serait-il un bon président ? Même les plus pauvres commencent à bénéficier de l'incroyable résilience de l'économie américaine.

Donald Trump, 45ème président des Etats-Unis
Donald Trump, 45ème président des Etats-Unis © Getty / Jabin Botsford/The Washington Post

J'ai suffisamment fait d'éditos critiques sur le 45e président des Etats-Unis pour me permettre un éloge ou du moins un constat de réussite. Je reste journaliste et un observateur de la vie politique américaine et je faillirais si je n'avouais pas que Donald Trump a réussi son coup.

La réalité a sauté aux yeux des commentateurs cette semaine avec deux chiffres : 46% des Américains approuvent la présidence Trump, c'est mieux que Barack Obama à la même période de son 1er mandat et 56% sont d'accord avec la politique économique.

Jamais il n'avait été aussi depuis 2 ans et demi qu'il dirige la 1ère puissance économique du monde. Donc, soyons sérieux deux minutes, mettons de côté le New York Times et le Washington Post et tentons de comprendre une telle réussite.

« It's the economy, stupid ! »

Tout commence et tout finit toujours par ça par cet axiome clintonien : comment se porte l'économie américaine ? A merveille, merci. Au point de bluffer les économistes ! Et notamment grâce à deux mesures de Donald Trump : la baisse des impôts pour les particuliers et les entreprises.

C'est 1 000 milliards de dollars en moins sur la feuille d'impôts des Américains. C'est énorme. Mieux encore : favorisée par le fisc, les grandes entreprises – dont les GAFA - ont rapatrié depuis les paradis fiscaux plus 300 milliards de dollars rien que pour 2018.

C'est un plan de relance massif, de l'argent immédiatement injecté dans l'économie et, en plus, payé par une dette qui se finance à des taux historiquement bas. Le chômage lui non plus n'a jamais été plus bas depuis les années 60 et ça profite aux plus pauvres !

Noirs et Latinos profitent de cette croissance incroyable

Aujourd'hui, les salaires des ouvriers ont plus augmenté que ceux des « cols blancs » ! Jamais le taux de chômage des Noirs et des Latinos n'avait été aussi bas en 20 ans et le taux d'emploi ne cesse d'augmenter.

En plus, les Etats-Unis ont gagné leur bras de fer avec les Saoudiens et sont redevenus le 1er producteur mondial de pétrole... au moment même où les prix du pétrole augmentent et rentabilisent les forages de pétrole de schiste ; De plus, Donald Trump a obtenu de vraies concessions de la Chine, du Canada et du Mexique. On comprends mieux, dès lors, sa popularité.

Prenons l'exemple chinois : la Chine a conclu des accords commerciaux alors qu'elle était encore un pays pauvre. Trente ans plus tard, elle est la 2e puissance économique du monde. Ces accords commerciaux devaient être renégociés et seul Trump l'a fait.

Les Démocrates incapables de se renouveler 

Précisément, tout ce qu'ils ont entreprit a lamentablement échoué. Même les élections de mid-terms – qui leur étaient promises – n'ont permis que de prendre une chambre sur deux : le Sénat. Le rapport Mueller sur la Russie, sur lequel ils comptaient, a fait pshit.

De plus, ils se sont épuisés sur des sujets trumpiens, comme le mur entre le Mexique et les Etats-Unis. Jamais ils n'ont réussi à imposer leurs thèmes et aujourd'hui, Joe Biden, leur principal candidat pour 2020 à 76 ans et c'est tout sauf une nouveauté !

Enfin, Donald Trump a pris tout le monde à contrepied en faisant adopter une nouvelle loi pénitentiaire en 2018 qui libérera des dizaines de milliers de prisonniers ! Avant tout des Noirs. Plus à gauche tu meurs. Bref, un boulevard s'ouvre devant lui pour 2020.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.