La presse israélienne avec cette question : est-on au début d'une troisième intifada ?

israël conteste un reportage de france 2 sur la mort d’un garçon palestinien pendant la seconde intifada à gaza
israël conteste un reportage de france 2 sur la mort d’un garçon palestinien pendant la seconde intifada à gaza © reuters

Et ce n'est pas qu'une question rhétorique : elle s'étale à la une de tous les grands quotidiens du pays. A commencer par le Jerusalem Post, quotidien très conservateur : « Il est encore trop tôt pour dire si les attaques terroristes de ces derniers jours et la violence sporadique entre Palestiniens et Israéliens finira pas échapper à tout contrôle ». « Ce qu'on peut dire, c'est que côté israélien, l'armée et la police tentent de ne pas commettre les même erreurs de la seconde intifada, à savoir répondre trop brutalement ».

« Côté palestinien, on ne veut pas revivre le traumatisme du début des années 2000 pendant lesquelles 3 000 Palestiniens et un millier d'Israéliens étaient morts ».

A gauche, c'est-à-dire à la une de Ha'aretz , on est moins mesuré. L'édito du jour accuse la droite israélienne de jeter de l'huile sur le feu en demandant d'être plus dur encore avec les Palestiniens. « Il faut au contraire écouter le président palestinien Mahmoud Abbas ». « Il faut absolument l'écouter : c'est la seule voix modérée et raisonnable dans cette partie du monde. L'écouter lorsqu'il explique que la violence d'aujourd'hui est le résultat de mois de répression ».

Il faut l'écouter lorsqu'il explique que seul un changement de politique en Israël pourra calmer les esprits. Et surtout le croire lorsqu'il assure qu'il fait tout pour calmer la situation et éviter plus de souffrances. La balle est désormais dans le camp israélien.

Bon anniversaire Vladimir Poutine !

Putin Universe
Putin Universe ©

Le président russe a en effet 63 ans depuis hier et, croyez-moi, cette date ne passe pas inaperçue en Russie. L'année dernière Vladimir Poutine avait fait savoir que pour son anniversaire, il avait passé deux jours quelque part perdu en Sibérie, loin des hommes.

Cette année, c'est plus people : après avoir lancé 26 missiles de croisière au-dessus de la Caspienne à destination de la Syrie, il est parti jouer au hockey sur glace avec des potes oligarques et quelques vieilles stars de ce sport très viril, on va dire. Il a gagné la coupe.

J'imagine que ses amis n'ont pas raté la date non plus. Moi je dirai qu'avec des amis pareils, pas besoin d'ennemis. Sur la page Facebook des fans italiens de Poutine, Toto Cutugno, auteur de « lasciatemi cantare, con la guitarra en mano, lasciatemi cantare, sono italiano » a souhaité un bon anniversaire à son ami Poutine.

Ce n'est pas le seul chanteur ami de Poutine à avoir voulu marquer le coup.

Le rappeur russe Timari a posté sur internet sa dernière création, on va en écouter le refrain :

Ca fout les jetons, hein ? Et pourtant, ce sont des paroles d'amour qu'on vient d'entendre puisque le rappeur répète mot pour mot 4 fois : « mon meilleur ami le président Poutine ». Il ajoute « populaire, fort, sage, viril, le meilleur politicien au monde ». Second degré ?

Enfin, je ne pouvais pas terminer cette chronique sans évoquer une exposition qui a lieu en ce moment à Moscou, organisé par le fan club internationale de Poutine, où des artistes l'ont représenté en Hulk, en Batman, en Che Guevara et même... en Bouddha.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.