On l'a peu vue et encore moins entendue, pourtant elle est tout de même 1ère dame des Etats-Unis ! Et en plus elle est populaire ! A la veille d'élections importantes, les communicants de la Maison Blanche ont décidé d'abattre l'atout cœur du Donald.

Melania en balade au Kenya, paré de ses plus beaux atours...
Melania en balade au Kenya, paré de ses plus beaux atours... © AFP / SAUL LOEB

Melania Trump est revenue d'une semaine de voyage officiel à l'étranger... Dis comme ça, on n'a plus qu'à aller retourner se coucher ! Ce qu'il faut raconter, c'est que la Première dame des Etats-Unis, elle a parlé ! Ou plutôt, elle a répondu des questions posées à la volée par les journalistes qui la suivaient

Elle a donc parlé... pour ne rien dire ! Je résume sa pensée : Je suis contente, tout le monde a été entendu, le juge Kavanaugh est nommé... circulez ! Le tout sur fond de Sphinx égyptien, en chapeau mou et en dégradé de blanc et crème.

Mais c'est vrai que l'on a plus l'habitude de voir Melania Trump que de l'entendre. Pour au moins une raison : cette femme n'a jamais voulu être un personnage public et encore moins, être Première dame : elle aurait même éclaté en sanglot le soir de la victoire.

Des deux Trump, c'est elle la plus populaire

Et c'est pour cette raison qu'elle sort du bois, ou plutôt des pyramides ! Dans moins d'un mois, les Américains pourront dire dans les urnes ce qu'ils pensent de leur Président. Donc tout ce qui peut aider est le bienvenu : or Melania peut aider.

Donc le plan de com' est implacable : d'abord, on lui fait faire un voyage très lointain dans des pays sans trop d'enjeux : en l'occurrence le Kenya, le Malawi l'Afrique du Sud et l'Egypte. Ensuite, on la fait répéter des heures durant ses messages.

En commençant par lui apprendre à ne pas répondre aux questions embarrassantes. Par exemple : « avez-vous cru au témoignage de la docteur Ford », cette femme qui a accusé le juge Kavanaugh d'agression sexuelle. Elle a répondu : « je passe ». Efficace !

En Afrique pour réparer les erreurs de son mari...

C'était aussi un des buts de ce long voyage : panser les plaies diplomatiques des déclarations de Donald Trump qui avait parlé de « pays africains de merde » ("shithole countries") et renvoyé les Nigérians expulsés des Etats-Unis à leurs huttes.

Par ailleurs, envoyer Melania Trump en Egypte, c'est aussi une façon de rabibocher Washington et Le Caire et surtout, de marquer la différence avec Barack Obama qui s'entendait notoirement très mal avec le président Al-Sissi.

Enfin, il y tout de même eu une polémique lors de ce voyage pourtant parfaitement chorégraphié : le chapeau colonial blanc du plus bel effet que Melania Trump portait au Kenya. Ce qui n'a pas manqué d'être perçu comme une faute de goût.

Le casque colonial et l'interview à ABC

Je dirais plutôt plutôt non, pour cette histoire de casque colonial : elle est américaine et n'a aucune raison de porter la charge colonialiste britannique sur ses épaules. Mais ce rendez-vous avec la presse et le monde était surtout une sorte de répétition générale :

Le grand oral, c'est pour vendredi 12, date de la diffusion sur la chaîne américaine ABC de son premier entretien au long cours. Tout a été fait pour la rassurer : un intervieweur qu'elle connait, un entretien enregistré. Mais... sait-on jamais !  

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.