Dix-huit états envisagent de faire interdire l'urine synthétique, cette solution chimique, en poudre à diluer ou prête à l'emploi, vendue 17 à 40 dollars.

Le boom de l'urine artificielle
Le boom de l'urine artificielle © Getty / Douglas Sacha

On la trouve en magasin mais aussi évidemment sur Internet. Et c'est un hit ! Pourquoi un tel succès ? Eh bien parce que le test d'urine est devenu monnaie courante aux Etats-Unis pour prouver que vous ne prenez ni alcool, ni drogues dures, ni cannabis. Cette urine artificielle est en effet facile à dissimuler et facile à recomposer.

Une méthode qui peut servir à tromper des juges

Si ça ne concernait que les repris de justice, ceux qui sont en liberté provisoire ou même les soiffards du weekend pris en état d'ivresse, ça ne suffirait pas à justifier un tel succès. Si l'urine artificielle cartonne c'est que les tests d'urine se sont multipliés aux États-Unis. Il arrive parfois qu'on vous réclame à l'embauche ou lors de tests aléatoires, lorsque vous faites un métier dangereux. Et ça concerne des millions d'Américains. 

De plus, les substances recherchées sont de plus en plus nombreuses. On cherche généralement cinq substances : les amphétamines, la cocaïne, le cannabis, les opioïdes, ou certains hallucinogènes. Les autorités autorités américaines viennent d'en ajouter une nouvelle : l'ecstasy et cinq autres de plus, pour les fonctionnaires fédéraux.

On la trouve en magasin mais aussi évidemment sur Internet, et c'est un hit. Pourquoi un tel succès ? Parce que le test d'urine est devenu monnaie courante aux États-Unis pour prouver que vous ne prenez ni alcool, ni drogues dures, ni cannabis. Cette urine artificielle est en effet facile à dissimuler et facile à recomposer de peu de chose pour être testé positif : une soirée entre amis avec un joint qui passe ou un baiser à la cocaïne, comme c'est arrivé à un célèbre joueur de tennis français : et hop, on perd son boulot ou on retourne en prison. 

Il faut savoir que tester les cheveux est plus couteux et peut-être contesté au tribunal. Quant aux techniques plus classiques de substitution d'urine elles sont moins discrètes : d'où l'essor époustouflant de l'urine artificielle et les tentatives désespérées d'interdiction.

Un mystère policier en Argentine

Le problème : six tonnes de cannabis confisquées à des trafiquants sont conservés par la police dans un entrepôt sécurisé de Pilar, dans la banlieue de Buenos Aires. 

Or, sur ces six tonnes, 540 kg ont disparu. Que s'est-il passé à votre avis ? La police argentine répond que cette demi-tonne a été mangée par les souris. C'est d'une logique implacable : les rongeurs mangent tout ce qui est organique, c'est bien connu. Sauf qu'après enquête serrée, le juge s'est vite rendu compte que c'était impossible : le cannabis est toxique pour les rongeurs. Aujourd'hui, ce sont donc les policiers qui sont évidemment sur la sellette. Il ne fallait pas raconter n'importe quoi et accuser Mickey ! 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.