La ville allemande de Görlitz fait tout pour attirer des migrants : la dépopulation y est dramatique. Surtout des Polonais déçus par le Brexit.

La ville allemande de Görlitz fait tout pour attirer des migrants : la dépopulation y est dramatique.
La ville allemande de Görlitz fait tout pour attirer des migrants : la dépopulation y est dramatique. © Getty / Ventura Carmona

Vous nous emmenez à l’extrême est de l’Allemagne ce matin… tout prêt de la frontière polonaise… A Görlitz exactement, charmante petite ville allemande de 57 000 habitants, nichée au bord de la Neisse. Görlitz ! Ses rues pavées, ses églises baroques, ses palais Renaissance : pas moins de 3 500 monuments historiques…

Sans compter que Görlitz a remporté en 2017 une sorte de trophée européen du meilleur site continental où filmer ! C’est simple, la ville y a gagné le surnom de Görliwood !

Eh puis, si vous voulez plus de dépaysement, il suffit de traverser le pont Jean-Paul II et hop ! Vous voilà à Zgorzelec, la ville polonaise jumelle de Görlitz et ses 37 000 habitants, ses spécialités culinaires et son spectaculaire palais de la Culture !

Görlitz, la belle aux vieux dormants

D’abord, oui… Comme tout le monde ! Mais le portrait que je viens de vous faire de Görlitz, il a surtout été envoyé à des milliers de Polonais installés en Grande-Bretagne accompagné parfois d’un petit colis :

On y trouve des champignons séchés, des fruits confis, du pain d’épice… Bref, un mélange de spécialités polonaises et allemande. L’idée, c’est d’attirer les Polonais déçus par le Brexit.

C’est plutôt malin ! Voilà des travailleurs jeunes et bien formés qui ont déjà tenté l’exil pour de meilleurs salaires. Or, justement, des salaires meilleurs qu’en Pologne, Görlitz en propose en veux-tu, en voilà !

L'Allemagne veut plus de main d'oeuvre étrangère et vite !

Dans cette partie de l’Est de l’Allemagne, c’est même dramatique. Les plus jeunes, on le sait, ont quitté la région pour l’Ouest où les salaires sont plus élevés. Résultat : pour chaque naissance à Görlitz il y a deux décès.

Pourtant, la ville a fait de gros efforts : 4 000 Polonais y vivent déjà, sans compter ceux qui traversent la frontière tous les jours et retournent en Pologne le soir. La ville a même depuis 2019 un maire d’origine roumaine, M. Octavian Ursu.

C’est lui qui a eu l’idée de cette campagne commencée début 2020. Une campagne focalisée sur le quotidien et qui répond à des questions du type : suis-je couvert par l’assurance maladie ? Ou encore : puis-je travailler sans parler allemand ?

Les Polonais ne vont plus en Grande-Bretagne en masse

Pas encore de bilan ! Mais visez les Polonais installés en Grande-Bretagne est plutôt une idée maline ! Depuis 2016, année du référendum sur le Brexit, le nombre de Polonais en Grande-Bretagne a diminué de plus de 200 000 passant sous la barre du million.

Ce n’est pas que les Polonais de Grande-Bretagne sont retournés au pays, c’est plutôt qu’ils ont cessé de venir : en 2015, l’année précédant le vote, 185 000 Polonais obtenaient un n° de sécu britannique. L’année dernière, ils n’étaient plus que 77 000.

Enfin, ce n’est même pas tant la perspective du Brexit qui pose problème - plus de 770 000 Polonais ont d’ores et déjà obtenu la résidence permanente en Grande-Bretagne – mais plutôt la chute de la livre sterling.

Pourquoi travailler à Londres si en quelques années, la monnaie dans laquelle vous êtes payé perd de 15 à 20% par rapport au zloti ? Il vaut mieux tentez Görlitz Görliwood, ses 3 500 monuments historiques, ses rues pavées… enfin, je vous ai déjà fait l’article…