La fièvre porcine africaine décime les élevages porcins de Chine. Une catastrophe pour un pays qui considère cette viande comme une denrée stratégique.

Tout avait pourtant bien commencé pour les Chinois : des petits cochons partout et dès le 25 janvier : des cochons en sucre, des cochons de papier, des cochons dans les cheveux, des cochons dans l'espace – les cosmonautes chinois l'ont fièrement arboré.

Et ce, dans le pays au monde le plus cochonisé ! C'est simple, la Chine c'est la moitié du cheptel mondial de porcs avec fin 2018 plus de de 400 millions de cochons et de truies. Le pays est aussi le second consommateur au monde de porc, après le Vietnam.

Cette denrée est tellement importante pour les Chinois que les autorités sont les seules au monde à stocker partout dans le pays des milliers de tonnes de carcasses congélées, histoire de stabiliser les prix et la consommation : c'est nuit de Chine, nuit porcine !

En janvier, le 1er cas de fièvre porcine a été rapporté

Oui mais pas n'importe quelle fièvre porcine, la fièvre porcine africaine ! Une horreur qui, je le dis tout de suite, n'est pas transmissible à l'homme. C'est simple, son surnom est « l'ébola des porcs ». En clair, c'est une fièvre hémorragique foudroyante.

Elle tue en moins d'une semaine après l'infection, elle se transmet par tous les moyens possibles et imaginables et même par les tiques et puces du porc et enfin, elle est résistante dans le temps : le virus peut survivre des mois dans les produits transformés.

Elle est arrivées par la Russie – même si les Russes nient encore – et elle touche aujourd'hui, à même 5 mois plus tard – la totalité des régions du pays, Tibet inclus – on a rapporté un cas cette semaine. Elle a même traversé la frontière vietnamienne !

Panique dans les élevages chinois

Pour vous montrer l'étendue de la catastrophe : en quelques mois, le cheptel porcin a fondu de 428 millions à 375 millions. C'est simple, la moitié des porcs chinois risque d'être soit victime de cette plaie de nature quasi biblique, soit de l'abattage préventif.

Mais le problème est ailleurs : les Chinois ont pour l'instant reconnu 129 élevages touchés. C'est trop peu vu la virulence de la maladie. Autrement dit, des petits malins ont préféré tuer leurs porcs, les mettre vite sur le marché plutôt que de tout perdre.

Or je le rappelle, le virus surtout dans les produits transformés. Bref, un « orage parfait » comme on dit. Dans certaines provinces, la pagaïe s'est littéralement installée : malgré une baisse de la consommation de 30%, les prix se sont envolés de 70% !  

Importer du cochon européen ou américain? Pas si sûr

Les autorités chinoises sont prises à leur propre piège : depuis le début de la guéguerre commerciale avec les Etats-Unis, les Chinois surtaxent l'importation de produits américains. Dont, je vous le donne en mille, le cochon « made in USA » !

Quant au cochon européen, il est suspect puisque la fièvre porcine africaine a commencé sa course létale autour du monde par la Belgique. Souvenez-vous, le Danemark a même mis en place une clôture à sa frontière pour contenir la maladie.

Même l'Expo internationale du cochon de Des Moines, aux Etats-Unis, a dû être annulée, de peur que les quelques visiteurs venus de pays affectés n'importe le virus. Au fait, le signe astrologique chinois du cochon signifie joie, bienveillance mais aussi réflexion. Cochon qui s'en dédit.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.