Ce matin, direction l'Espagne pour une histoire de Sainte Vierge et de médaille militaire...

Imaginez un instant le Conseil Constitutionnel se penchant sur la question suivante : l'administration peut-elle donner la légion d'honneur à la Sainte Vierge ? Imaginez la tête que ferait Laurent Fabius ou Lionel Jospin ! C'est pourtant la question à laquelle devra très sérieusement répondre l'équivalent espagnol de notre Conseil, la Cour Constitutionnelle, dans les mois à venir.

La Virgen del Pilar protége le voyage de Christophe Colomb
La Virgen del Pilar protége le voyage de Christophe Colomb © / Luis García

Comment en est-on arrivé là à Madrid ? En 2012, le ministère de l'Intérieur décerne à la Très Sainte Vierge de l'Amour de Malaga la médaille d'or du mérite policier. Aussitôt une association laïque porte plainte au prétexte qu'en Espagne, comme en France, l'Etat est réputé aconfessionnel.

En Espagne, on décerne des médailles à la Vierge tout le temps ! D'ailleurs, malgré cette plainte, le ministre de l'Intérieur espagnol ne s'est pas arrêté en si bon chemin : il a récidivé en 2015 en accordant les mêmes honneurs à la Vierge du Pilar, à Saragosse, pour ne pas faire de jalouses.

Si ce n'était que des médailles, ça irait encore. Mais, en Espagne, les vierges ne se contentent pas d'être baladées dans les rues pendant la Semaine Sainte : elles sont aussi couvertes d'honneurs, civils et militaires . Le moins que les espagnols puissent faire, c'est de les nommer maire perpétuelles de la ville qui les accueille. C'est le minimum. Il y a ainsi 85 Vierges élues à l'unanimité de leur conseil municipal et qui ont reçu solennellement le bâton de commandement.

Par exemple, Notre Dame des Rois, à Séville, est maire perpétuelle de la ville, avec clés d'or, mais ce n'est pas tout ! Elle est aussi capitaine générale des forces armées espagnoles !. Comme une quinzaine d'autres Vierges Marie dans le pays. Il faut savoir que « capitaine général », ce n'est pas n'importe quel grade : c'est celui du roi d'Espagne. Autrement dit, lorsqu'on déclare la guerre à l'Espagne, on a sur le dos des chars, des avions de chasse, des destroyers et les terrifiantes vierges espagnoles. Mais visiblement les temps changent et pour une partie de la population, ce qui était une tradition centenaire, mais aussi un peu franquiste, comme la corrida d'ailleurs, est devenu insupportable. D'où cette plainte inédite devant les juges constitutionnels.

Une revue de presse consacrée aux réfugiés alors qu'un accord a été trouvé entre la Turquie et l'Union européenne

J'aurais pu vous détailler un article très émouvant de L'Orient le Jour qui a retrouvé dans la jungle de Calais Ali et Fathi, deux palestiniens libanais qui ont dépensé chacun 7 000$ pour se retrouver coincés à quelques kilomètres de leur rêve : la Grande-Bretagne. J'aurais pu aussi vous raconter les doutes du quotidien El País sur la légalité, voire l'efficacité du plan signé avec la Turquie, qui a pris par surprise la plupart des dirigeants européens, dont François Hollande, puisqu'il a été négocié en direct entre Berlin et Ankara. Mais j'ai préféré me concentrer sur l'édito particulièrement émouvant du quotidien grecI Kathimerini : « à écouter les gouvernements autrichiens, slovaques ou encore hongrois, les grecs ont tords d'être solidaires avec les réfugiés. Ils devraient plutôt faire comme les Danois et leur confisquer leurs biens de valeur. Ou comme les finlandais et organiser des milices pour les surveiller. Et pourquoi pas aussi se ranger du côté des mafias qui profitent de leur misère ? Après tout, poursuit le quotidien, en les dépouillant à chaque frontière traversée, ils leur envoient le vrai message de l'Europe : dehors, rentrez chez vous maintenant qu'on vous a tout pris. » Inutile de préciser qu' I Kathimerini a choisi son camp : Celui des « mamies grecques qui tricotent des bonnets et des écharpes, des pêcheurs grecs qui inlassablement sauvent des migrants en pleine mer, celui de ces volontaires du monde entier qui oeuvrent dans les îles grecques pour racheter l'honneur de l'humanité.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.