La Birmanie et une bonne nouvelle

On votait donc hier en Birmanie et les premiers résultats, que j'ai tiré du Telegraph __ de Londres, seraient sans appel : une victoire massive de la NLP, la Ligue nationale pour la démocratie, le parti d'Aung San Suu Kyi.

Cela fait plus d'un demi-siècle que le parti de la « dame de Rangoon » attend son heure et 25 ans que le résultat des élections libres de 1990 avait été annulé par la junte militaire. Hier, ils semblent de 90% des 30 millions de votants aient donné leur voix à la NLD.

Le parti d'Aung San Suu Kyi est donné favori
Le parti d'Aung San Suu Kyi est donné favori © MaxPPP

Dans un des journaux en ligne les plus emblématiques de la résistance birmane, The Irrawaddy , ça donne : « un nombre incalculable de Birmans ont été tués ou ont soufferts au cours de ces 50 années de dictature féroce ». « Mais il est temps de mettre ces souffrances derrière nous et de prendre à bras le corps ces premières étapes vers une nouvelle ère, un nouveau départ. » « Espérons que le président Thein Sien tienne sa promesse d'élections libres et justes. Il sera alors honoré par les livres d'Histoire. Alors merci, M. le Président, mais tenez votre promesse et laissez le peuple birman vivre ce changement dont il a tant rêvé ».

Remercier le président issu de la junte militaire a dû être très difficile pour The Irrawaddy : ce journal en ligne, édité depuis la Thaïlande, est en effet rédigé depuis 1992, par des réfugiés qui ont fui la torture et la répression en Birmanie.

Au Mexique, un tigre s'est échappé

le tigre du bengale renaît au népal
le tigre du bengale renaît au népal © reuters

Un gros tigre du Bengale, qui a pour nom Angkor, et qui s'est échappé le 25 octobre dernier alors qu'il était la vedette de l'hôtel « Paradis de la mangrove » aux alentours d'Acapulco . Inutile de préciser que la population de Cocuya est, depuis, terrorisée. D'autant que le tigre en question est une belle bête d'une centaine de kilos en pleine forme puisqu'il tue au fur et à mesure de ses pérégrinations pour se nourrir. Dès le lendemain de son évasion, on retrouvait 5 vaches tuées. La police, l'armée et, évidemment, l'Agence mexicaine de la protection animale sont mobilisés pour le retrouver, mais rien n'y fait : Angkor n'a toujours pas été retrouvé, 14 jours après sa fuite.

Certes, c'est loin d'être une information capitale.__ Mais c'est justement tout l'intérêt de cette histoire qui est aussi une sorte de conte moral pour les Mexicains . Pourquoi toute la presse s'intéresse-t-elle de près à cette histoire, somme toute banale, de tigre en goguette ? Parce qu'elle est devenue le symbole de tout ce qui ne va pas au Mexique. D'abord, l'endroit. Ce tigre ne s'est pas échappé n'importe où mais dans l'Etat de Guerrero. Précisément l'Etat où, en septembre 2014, 43 étudiants ont disparu à Iguala.

Comme pour ce tigre du Bengale, ces étudiants – dont on sait qu'ils ont été tués par la police locale – ont littéralement disparus : pas moyen de retrouver leurs cadavres. La disparition depuis 14 jours du tigre Angkor rappelle un peu plus l'incompétence policière.

Il y a aussi la corruption : que faisait un tigre du Bengale dans une cage d'un restaurant pour touriste ? L'espèce est protégée et ne doit exposée que dans des zoos. D'autant qu'on a retrouvé sur place un lion et une panthère abandonnés et dénutris. En résumé, je ne vous raconte pas seulement ce matin une histoire de tigre mangeur de vaches, mais comment un tigre est devenu, pour tout le Mexique, le symbole de l'incurie et de la corruption de la police et des élites dans une région, l'Etat de Guerrero, bouleversée par l'assassinat et la disparition des 43 étudiants d'Iguala.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.