Pour réduire les dépenses de la famille royale en prévision d'une baisse des allocations, le roi Karl XVI Gustav vient de retirer une partie de ses petits-enfants de la Maison Royale. Une révolution dans une des monarchies les plus populaires d'Europe.

Karl Gustav XVI (ici en 2003)
Karl Gustav XVI (ici en 2003) © Maxppp / EPA/TELENEWS

Si vous avez toujours rêvé d'être une princesse, mieux vaut ne pas être née en Suède où le roi Karl XVI Gustav vient d’annoncer à la surprise générale, qu’il retirait cinq de ses sept petits enfants de la Maison Royale

Les petits princes et princesses sont âgés de 19 mois à 5 ans, et par décret de leur auguste grand-père, viennent donc de perdre leur titre d'altesses royales et surtout leur droit à la succession. 

Une vraie révolution dans ce pays pourtant toujours très porté sur la monarchie, et où six suédois sur dix préféreraient d’ailleurs voir la princesse Madeleine, par exemple, monter sur le trône à la place de son père le roi.

Le roi a probablement anticipé une révision du système des allocations perçues par la famille royale. Sous la pression des républicains au parlement et sous la pression des finances publiques -  en Suède comme ailleurs, l'heure est aux économies - le gouvernement réfléchit en effet à resserrer les cordons de la bourse royale

Pour l’instant la famille royale coûte environ 146 millions de couronnes (13 millions d’euros) aux contribuables suédois. Une broutille, comparé à la Grande-Bretagne où sa majesté la Reine et consorts coûtent eux près de 75 millions d’euros à leurs sujets…

Par souci d'économie, le roi ne va donc conserver dans la Maison royale que ceux qui arrivent en premier dans l’ordre de succession logique, c’est-à-dire les enfants de sa fille aînée Victoria. 

Si les autres ne pourront plus prétendre au trône, ils ne seront plus en revanche obligés de remplir leurs obligations officielles, les inaugurations interminables et autres supplices protocolaires. 

Ils ne seront plus limités par leur nature royale, qui leur empêchait l'accès à certaines activités ou métiers. Un soulagement pour la princesse Madeleine, qui vit aux  Etats Unis et dont les enfants n’avaient pas le droit jusqu’à présent de suivre un cursus scolaire autrement qu’en suédois… Bref : adieu Couronne, bonjour la Liberté. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.