En un week-end, le prince héritier d'Arabie saoudite a fait arrêter quatre princes de haut-rang. Un coup-de-main qui ressemble à ce prince irascible et brutal.

Mohammed Bin Nayef et Mohammed Bin Salman
Mohammed Bin Nayef et Mohammed Bin Salman © AFP / SPA

Que se passe-t-il depuis quelques jours dans la famille régnante saoudienne ? 

Disons en court, que le prince héritier, Mohamed ben Salman, alias MBS a craqué. Cela fait un an et demi qu'il fait profil bas, après l'assassinat en octobre 2018 et au démembrement du journaliste Jamal Khashoggi. Mais pour un prince brutal comme MBS, 18 mois c'est beaucoup.

Donc, il a rechuté : il a fait arrêté ce week-end pas moins de 4 princes et pas les moindres ! Un cousin, Mohamed ben Nayef, ancien prince héritier, et même un oncle et donc frère du roi Salman lui-même : le prince Ahmed ben Azboulaziz.

Il vient d'étouffer la concurrence en un coup de main. Il a arrêté d'un coup, tous les princes - et leurs fils pour faire bonne mesure - qui sont plus âgés que lui dans un rang plus élevé. Je vous rassure, ça se passe entre princes : ce n'est pas la prison qui les attend mais plutôt un jolie villa royale. Une prison dorée et pour pas mal d'années : le temps pour MBS de succéder à son père, qui a 85 ans, et de s'installer solidement sur le trône.

Ce n'est pas la première fois que Mohamed ben Salman secoue du prince. Il l'avait déjà fait de façon spectaculaire en 2017, sitôt désigné prince héritier, en arrêtant des dizaines d'entre eux, avec des hommes d'affaires, et en les parquant au Ritz Carlton de Ryad.

Des princes secoués et sommés de rendre leur fortune. Certains d'entre eux avaient dû y laisser la moitié de leur fortune. Mais pour tout vous dire, ce n'est pas moi qui vais plaindre les fortunes bien mal acquises des princes de la famille Saoud.

Le besoin de réaffirmer son autorité face à de nombreuses déconvenues

Il se passe probablement, d'une part, que le roi Salman donnant des signes de sénilité,  son fils a besoin de réaffirmer son autorité, et que, d'autre part, les critiques doivent fuser au sein même de la famille Saoud sur la gestion du pays par MBS.

On les comprend, il a tout raté le jeune prince de 34 ans : sa guerre personnelle au Yémen qui devait être rapide, dure depuis 5 ans, son blocus du voisin qatari tourne au ridicule, sa Vision 2030 pour le pays n'a attiré aucun investisseur étranger sérieux.

Et pour bien montrer qui commande et de quelle façon, il vient de précipiter le monde au bord de la crise financière et économique. Parce que l'effondrement hier des prix du pétrole, c'est lui et uniquement lui.

N'ayant rien obtenu de la Russie ce week-end, il a tout seul comme le dictateur intempestif qu'il est, annoncé qu'il allait punir Moscou et inonder le marché de pétrole saoudien : résultat moins 30% en quelques heures !

Peu importe que son pays ait au moins autant besoin de pétrodollars que la Russie ! Peu importe que cela mette en difficulté son allié américain ! Quand monsieur mon prince saoudien est mécontent, lui toujours faire comme ça ! Il va falloir s'y habituer !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.