Les économistes suédois n'en reviennent pas : ils ont dû revoir en urgence leurs modèles pour tenter de comprendre ce qu'il se passait avec leur pays.

8 février 2016, Tylosand, Suède. Des enfants réfugiés venus d'Iraq jouent devant une maison qu'ils habitent temporairement en Suède.
8 février 2016, Tylosand, Suède. Des enfants réfugiés venus d'Iraq jouent devant une maison qu'ils habitent temporairement en Suède. © Getty / David Ramos

La Suède connaît un boom économique inattendu. Les économistes suédois n'en reviennent pas : ils ont dû revoir en urgence leurs modèles pour tenter de comprendre ce qu'il se passait avec leur pays. Imaginez : au quatrième trimestre 2015, c'est-à-dire l'hiver dernier, la Suède a connu un taux de croissance de 4,5%.

Il a fallu revoir toutes les statistiques et toutes les prévisions. Pour vous donner une petite idée : 4,5%, c'est un taux de croissance asiatique ! La France se traîne péniblement avec une progression de 1,5% du PIB, et c'est plus du double de la croissance allemande.

Il a bien fallu trouver une explication. Les économistes distingués du royaume se sont réunis en congrès, ont passé des jours entiers à trifouiller les statistiques et, enfin, après des heures de discussions et de controverses, ils sont arrivé à un consensus scandinave.

La dynamique des migrants

La raison de cette croissance aussi époustouflante que soudaine tient en un mot : les migrants. La Suède est, en proportion, le pays d'Europe qui, en 2014 et 2015, a accueilli le plus de réfugiés en Europe : 160 000 personnes pour 9,5 millions d'habitants.

Pour faire face, le gouvernement suédois a dû immédiatement dépenser des sommes très importantes, pour nourrir, loger, vêtir... bref accueillir tous ces gens.

Et puis les commerçants et les hôteliers ont adoré ces commandes d'Etat payées rubis sur l'ongle, et toute l'année en plus. Ensuite, il a fallu penser à ses choses plus pérennes : d'où des plans d'investissements sur plusieurs années : logement, écoles, routes...

Or, on le sait, quand le bâtiment va, tout va ! Et en plus ces boulots ne sont pas délocalisables. Ensuite, il y a les migrants eux-mêmes. Que fait un réfugié quand il arrive en Suède ? Il achète un sandwich – et bing de la TVA – ou une doudoune – re-bing de la TVA.

Et ensuite, que fait-il ? Il cherche du boulot : ça tombe bien, le BTP en a du boulot, grâce aux commandes d'Etat de tout à l'heure – et en plus du boulot que les Suédois n'aiment pas trop faire.

Tout à coup, les entreprises qui n'arrivaient pas à recruter parce que le travail qu'elles proposaient étaient trop dur, se mettent à tourner à plein régime. Et voilà comment la générosité suédoise est devenue en moins d'un an la recette de sa richesse.

Dans l'actualité internationale ce matin, aux Etats-Unis, Trump et Clinton face à face.

S'il y a un mot à retenir de cette confrontation entre les deux candidats, c'est nasty, ou agressive. « Nasty » à la une du New York Post, « Nasty » à la une de USA Today.

Et quand ce n'est pas nasty, c'est vicious, comme à la une du Los Angeles Times et du Washington Post.

Mais pour tout vous dire, le plus intéressant lorsqu'on passe du débat télévisé à la presse américaine, c'est effectivement le fact checking - en direct. Tout est scruté, tout est vérifié à la vitesse d'internet et des internautes.

Dans le Los Angeles Times, par exemple, on vérifie les affirmations de Trump sur l'attentat de San Bernardino, et on trouve qu'il dit n'importe quoi. USA Today consacre carrément un live au fact checking, laissé totalement à l'initiative de ses lecteurs.

Le New York Daily News a décidé d'ailleurs de ne faire rien d'autre que de vérifier en direct toutes les infos, toutes les affirmations des deux candidats. Je peux même vous dire aux nombres de commentaires que c'est Donald Trump qui a raflé la mise.

Le seul quotidien à faire la différence, c'est une fois de plus le très chic New York Times. Plutôt que de ne faire qu'un simple fact checking, comme ses petits camarades, le Times à ajouté une sorte de match d'éditorialistes qui s'envoyait des notes en direct. Et c'était passionnant, je vous assure !

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.