Dennis Rodman est une légende du basket américain. Il est aussi "l'ami pour la vie" de Kim Jong-un, le dictateur nord coréen. Il sera à titre privé à Singapour pour le sommet Kim - Trump. Et il y sera sponsorisé par une cryptomonnaie dédiée au cannabis, le PotCoin.

Dennis Rodman en 2016 à Las Vegas
Dennis Rodman en 2016 à Las Vegas © Getty / Gabe Ginsberg

C'est le sommet dont tout le monde parle, le sommet Etats-Unis – Corée du Nord, un sommet qui va décider des relations entre les deux pays pour au moins une génération. Sans compter des discussions sur la nucléarisation ou non de la péninsule coréenne.

Or, en marge des délégations officielles, il y aura Dennis Rodman. Ceux qui aiment le basket de la grande époque des années 90, celle de Magic Johnson, s'en souviendront certainement : Dennis Rodman est un légende vivante du basket de ces années fastes.

Or Kim Jong Un est un fan absolu de basket et Dennis Rodman s'est déjà rendu plusieurs fois en Corée du Nord. La 1ère fois et 2013, et plusieurs fois encore en 2017. C'est simple, le dictateur joufflu de Corée du Nord l'appelle « mon ami pour la vie ».

Dennis Rodman connait Donald Trump : il l'a viré de son émission

Le plus étonnant, c'est qu'en plus Dennis Rodman connait Donald Trump : il a participé à l'émission « The Apprentice Celebrity ». Il y a fait deux apparitions et a été viré par Trump qui jugeait à l'époque que la star de basket avait des « problèmes d'abus de substances illicites ».

Il avait été « fired », c'est-à-dire viré par le Donald. Reste que Dennis Rodman est un soutien de la première heure du trumpisme. Il a même offert à Kim Jong-un le seul livre signé par Donald Trump : « l'art du deal » qui l'aurait immédiatement fait traduire.

Pour être juste, les visites de Dennis Rodman en Corée du Nord n'ont pas été inutiles. Par leur couverture médiatique, elles ont contribué à modifier un peu l'image du pays et de son dictateur. Seulement voilà, cette fois-ci il est sponsorisé par une cryptomonnaie.

En fait, il est déjà difficile à Donald Trump de s'imposer sur la scène internationale comme un négociateur sérieux – il n'a fait que déchirer tous les accords signés par Obama – alors s'il doit en plus gérer Rodman, c'est mission impossible.

Une cryptomonnaie en plein boom et dédiée à l'industrie du cannabis

Quant à la monnaie virtuelle qui va sponsoriser Dennis Rodman, il s'agit de PotCoin, une cryptomonnaie dédiée à l'industrie du cannabis, en plein boom en ce moment aux Etats-Unis, avec la légalisation dans une dizaine d'Etats et celle récente du Canada.

Or cette industrie a un problème : elle ne peut utiliser les banques américaines parce qu'au niveau fédéral, le cannabis est toujours interdit. Donc impossible d'ouvrir un compte ou d'accepter une carte de crédit : tout est donc payé en cash !

D'où l'utilité de cette cryptomonnaie, le PotCoin, qui offre donc un minimum de services bancaires, anonyme en plus, aux clients comme aux commerçants du cannabis. Or, Dennis Rodman a déjà été sponsorisé par PotCoin.

C'était pour son 1er voyage en Corée du Nord : il a porté ostensiblement une casquette et un t-shirt PotCoin et multiplié les tweets vantant la crrytomonnaie. Résultat : un boom de notoriété. On comprend mieux l'enthousiame des dirigeants de PotCoin !

Qui en rajoutent un peu trop d'ailleurs : ils pensent eux que Dennis Rodman, mais aussi Donald Trump et Kim Jong-un méritent conjointement le prix Nobel de la paix ! Ceux qui sont moins content de cette sur-visite, c'est l'administration américaine :

Eux ont fait savoir sèchement que, je cite, ils n'avaient « aucun commentaire à faire sur la visite privée de M. Dennis Rodman à Singapour. Il n'est pas un représentant des Etats-Unis ». Comme en termes choisis ces choses-là sont dites, n'est-ce pas ?

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.