Un tour dans les quotidiens du monde qui commence en Algérie aujourd'hui

Parce qu'à un mois de distance, les infos peuvent étonnamment se croiser. Rappelez-vous : il y a un mois, je vous parlais du désert fleuri de l'Atacama, au Chili. Ce matin, El Watan d'Alger raconte qu'il a neigé en plein Sahara !

« La neige a recouvert les plateaux de Fednoun et Dider au cœur des monts du Tassili d'habitude pelés par la chaleur du désert qui les entoure ». Je vous invite à découvrir les photos sur le site du quotidien algérien. C'est impressionnant.

En Egypte, une campagne de presse antibritannique. Les Egyptiens ont détesté la façon brutale avec laquelle la Grande-Bretagne a annulé tous les vols au départ de Londres pour Charm-El-Sheikh. Du coup, la presse égyptienne s'en donne à cœur joie.

A la une de Al Marsy Al Yaoum : « 48 raisons de détester l'ambassadeur de Grande-Bretagne ». Ou encore le quotidien El Watan qui reprend avec délice les commentaires les plus haineux sur la page Facebook de David Cameron.

Il y aussi des témoignages de touristes britanniques à Louxor qui, selon le quotidien Al Shorouk , auraient « honte de leur gouvernement ». Enfin il y a les théories complotistes que les intellectuels égyptiens adorent.

La dernière en date s'étale à la une d'Al Ahram : l'Egypte serait victime d'un complot anglo-américain visant à fâcher la Russie avec l'Egypte. L'Etat islamique aurait été soit manipulé en sous-main, soit carrément payé pour abattre l'avion.

En Chine, les limiers anticorruption ne laissent rien passer

Même pas les « enveloppes rouges ». Ca a l'air mystérieux dit comme ça, mais les enveloppes rouges c'est vieux comme la Chine. Depuis toujours, en Chine, on glisse dans une petite enveloppe rouge de l'argent liquide pour un mariage, par exemple. Généralement quelques billets et tout le monde est content, surtout les mariés.

On a bien connu quelques extravagances, comme ce marié du village de Ning Bo qui, il y a quelques années, a eu la surprise de trouver 200 enveloppes rouges contenant chacune 10 000 yuans, 1 500€. Mais c'est l'exception qui confirme la règle de la petite monnaie.

Pourquoi la police chinoise s'inquiète-t-elle ?__ Parce que les enveloppes rouges traditionnelles sont passées l'année dernière au XXIe siècle avec le lancement d'une application pour smartphones appelée WeChat qui permet d'envoyer une enveloppe rouge électronique à n'importe qui.

Cette application a eu un succès foudroyant : en une année, plus d'un milliard de ces enveloppes rouges électroniques ont été échangées. Or ces transactions sont très difficilement traçables : trop nombreuses pour des sommes trop petites.

Voilà pourquoi les limiers chinois de l'anticorruption s'inquiètent. Vous voulez corrompre un officiel chinois, Catherine ? Plutôt que de lui glisser une grosse enveloppe de billets, envoyez-lui des dizaines d'enveloppes rouges électroniques !

Ni vu ni connu. C'est d'autant plus facile qu'il suffit à l'envoyeur de rester en dessous des 10 000 yuans, ou 1 500€, pour ne pas trop éveiller les soupçons. Au-delà, c'est au moins 5 ans de prison.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.