Un réseau de 5000 praticiens répartis dans le monde entier ont trouvé une solution solidaire : le smartphone.

La scène se passe du côté d'Iblid, dans un de ses postes médicaux de fortune installés non loin des combats et où chaque jours arrivent les blessés de la guerre civile syrienne. Mais elle se passe aussi dans le Michigan, sur le bord d'une autoroute.

A Iblid, il y a une femme enceinte qui convulse, assistés d'infirmiers, et dans le Michigan, un médecin syrien réfugié aux Etats-Unis. Entre les deux, des smartphones, une liaison vidéo de type Skype et à la fin, un diagnostic et des conseils médicaux précis.

La scène s'est passée il y a quelques jours à peine. Il n'y avait pas un médecin mais trois en visioconférence de fortune entre la Syrie et les Etats-Unis. Cette femme était attente d'éclampsie, une affection rare et grave de la parturiente : elle a été sauvée.

Un réseau de solidarité médical qui existe depuis 2012

Depuis qu'un médecin syrien qui a fuit le pays a eu l'idée d'organiser depuis la Turquie, d'abord, puis le monde entier, des visioconférences de médecine d'urgence pour sauver des vies au plus près des combats.

Il a d'abord ce médecin qui a formé une vingtaine d'infirmiers, les a équipés de caméras et de connexions satellitaires et, à distance, il a pu dès la première semaine, sauver des dizaines de vies. Depuis, le réseau s'est étoffé et ce sont 5 000 médecins qui y participent.

Ce réseau est aidé par des ONG, comme Médecins Sans Frontière, qui fournissent le matériel médical et organisent les soins sur place. Une logistique du coup plus légère et au plus près des combats et qui répond aux bombardements de centres médicaux. Rien que ce mois-ci, entre Iblid et Hama, dix centres de soins ont été attaqués. Ces postes médicaux virtuels et donc très souples sont indispensables. Des hommes qui sauvent les hommes avec des portables : le meilleur de l'humanité.

Un clip de campagne fait polémique au Chili

Andrès Peralta est candidat à des élections locales dans la province d'Arica, tout au nord du Chili. Comment se différencier de ses adversaires politiques ? Il a l'idée d'un vidéo clip musical, un peu particulier :

La musique est un peu sensuelle, les paroles disent de voter Peralta mais ce sont surtout les images qui ont déchaîné la polémiques. On y voit des jeunes femmes court vêtues, très maquillées, avec des pauses très suggestives qui disent donc « votez Peralta ».

Notre candidat vient d'inventer le clip écotico-électoral. Mais aussi la campagne électorale le plus sexiste, et de loin, de l'univers. Quelques milliers de clips plus tar et de hurlements plus tard le parti qu'i le présente a dû de désolidariser.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.