Hier, les frontières ont été ouvertes entre l'Ethiopie et l'Erythrée pour la 1ère fois depuis 20 ans, Une excellente nouvelle pour les deux pays mais aussi pour la corne de l'Afrique qui en a bien besoin.

Chronique internationale 12-09

Hier, l'Erythrée et l'Ethiopie ont connu un moment historique mais avant même d'en parler, je voulais qu'on écoute un peu le son de la liberté. C'était hier, à la frontière entre ces deux pays en guerre depuis 20 ans et la BBC est sur place, avec un micro et une caméra, près de la ville frontière éthiopienne de Zalambessa :

Ce que vous entendez, ce sont les youyous de joie – c'est universel et les salutations de familles ou d'amis séparés depuis 20 ans par cette frontière qui jusqu'à hier était close. On entend aussi les camions qui enfin peuvent passer et tout simplement la joie !

On a connu ça en Europe, au moment de la chute du Mur de Berlin en 1989. Comparaison n'est pas raison et pourtant, voilà 2 pays qui se sont séparés en 1991, se sont fait la guerre en 1998 – des dizaines de milliers de morts – et qui hier, se sont réconciliés.

Une réconciliation nécessaire

Prenons les bonnes nouvelles les unes après les autres avant de s'avancer : c'était le conflit le plus ancien d'Afrique, un conflit qui débordait sur toute la région, dont la Somalie : l'Erythrée soutenant les milices islamistes, l'Ethiopie, le gouvernement officiel.

Un conflit qui, en plus, privait l'Ethiopie d'un accès à la mer. Un conflit qui permettait à l'Erythrée de justifier d'un régime militaire particulièrement dur. Conséquences : des milliers de jeunes Erythréens fuyant leur pays pour éviter la conscription.

Et où se retrouvaient ces jeunes Erythréens mais aussi pas mal des jeunes Ethiopiens : dans les rues de Paris, Londres ou Berlin et avant cela, en Italie, l'ancienne puissance coloniale. Inutile de préciser que l'Europe à beaucoup insisté pour parvenir à cette paix.

Les deux pays en avaient ardemment besoin

Et c'est mêeme la partie la plus intéressante de cet accord. D'abord, en réglant un conflit vieux de 20 ans, les deux pays montrent l'exemple dans une Corne de l'Afrique qui en a bien besoin. Ensuite l'Ethiopie a besoin de ce consacrer à son développement.

Enfin, le régime érythréen montre que l'on peut discuter avec lui, qu'il est capable d'accepter le changement, ou du moins de l'envisager. En clair, les deux pays ont tout intérêt à ce que cet accord dure et  qu'il permette la reprise des liens économique

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.