Ce matin, on prend la direction du Danemark qui vient de conclure une enquête sur les valeurs danoises...

Le bonheur de vivre à la danoise
Le bonheur de vivre à la danoise © Getty / svetikd

Ce qui ne laisse pas d'étonner de la part d'un pays qu'on dit si sûr de lui-même et si heureux : c'est même, sur 156 pays étudiés par le World Happiness Report de 2015, le rapport sur le bonheur dans le monde, le pays le plus heureux de la planète.

La France, elle n'émarge qu'à la 32e place, coincée entre un pays qui sort d'une guerre civile, la Colombie et un autre qui subit une dictature militaire, la Thaïlande. Mais ce n'est pas le sujet du jour. Le sujet du jour, c'est donc cette enquête nationale.

On a demandé aux Danois de définir ce qui faisait l'essence même de la « danicité », ils ont envoyé une salve de 2 500 suggestions que le ministère de la culture a réduit à 20 et 325 000 internautes danois les ont classé de la plus à la moins importante.

Et le résultat est désespérément scandinave. C'est-à-dire bourré de bons sentiments. Première des valeurs danoises : la liberté. 2ème valeur danoise : l'égalité de tous devant la loi. 3ème : l'égalité homme/femme. Du scandinave au carré !

Mais là où ça devient intéressant, c'est lorsqu'on arrive à la 4ème valeur intrinsèquement danoise : le Hygge. Qu'est-ce que le Hygge ? C'est d'abord intraduisible, sinon ce ne serait pas danois et ça veut dire « être bien ensemble à la cool ».

Jusque-là, rien de bien extraordinaire. Sans le Hygge, on pourrait signer en France et partout ailleurs. C'est ensuite que ça se complique : en 5ème position, on trouve la sécu... Oui, oui, la bonne vieille sécu, socle du contrat social danois.

Ensuite viennent des trucs impartageables : la confiance dans les institutions du pays, la langue danoise, le volontariat, l'ouverture d'esprit et enfin, en 10ème position, l'héritage chrétien. Ce qui est étonnant pour l'un des pays les plus déchristianisés d'Europe.

Mais ce n’est pas la première fois que l'on pose ce type de questions aux Danois. Et c'est ce qui est presque comique : c'est la 6ème fois en 10 ans que l'on interroge, d'une façon ou d'une autre, l'identité danoise : les événements historiques et culturels et à enseigner en priorité, les valeurs démocratiques les plus importantes...

On a tout demandé aux Danois. Ce qui d'ailleurs montre bien combien la question identitaire travaille toute l'Europe, puisque même les si heureux et si équilibrés Danois sentent le besoin d'expliciter les leurs, histoire d'être plus Hygge entre eux.

REVUE DE PRESSE

  • Ce matin dans le Spiegel allemand, un article titré : « dix fois plus de policiers à Cologne pour la nuit du Nouvel an ». « Suite aux incidents graves de l'année dernière, la ville ne veut prendre aucun risque : 1 500 policiers patrouilleront dans les rues et les trains ». Qu'on se le dise !

La surveillance vidéo a été renforcée, une cellule de veille policière sera installée in situ, c'est-à-dire autour de la gare centrale où avait eu lieu l'essentiel des agressions : « pas question que Cologne fasse à nouveau la une de la presse mondiale ».

  • Dans la presse égyptienne, c'est un portrait qui fait la une : celui du kamikaze qui s'est fait exploser dans la cathédrale copte Saint-Pierre-et-Saint-Paul du Caire. Sa photo, presque celle d'un adolescent, s'étale en première page des quotidiens cairotes, dont le quotidien en ligne Mada où l'on peut lire : « Mahmoud Shafik Mohamad Mostafa avait 24 ans et avait déjà été arrêté par la police du Fayoum en 2014 en marge d'une manifestation des frères musulmans. Son avocat de l'époque explique qu'il aurait été « sévèrement torturé aux mains des policiers ».

Alors, précise toujours son avocat, qu'il se trouvait « par hasard dans les parages de la manifestation ». Reste qu'il a été relâché, faute de preuves, marqué à jamais par cette injustice, et que 2 ans plus tard, c'est à lui que l'on doit les 24 victimes de dimanche ».

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.