L'arrestation au Canada, pour le compte des Etats-Unis, de la directrice financière de Huawei ne cesse de causer des ennuis à Ottawa. Deux Canadiens sont "retenus" en Chine et les mesures de rétorsions s'amplifient.

Et de deux ! On a appris ce matin qu'un deuxième Canadien avait été arrêté par les autorités chinoises pour des raisons encore inconnues. Lundi dernier, un Premier canadien, un ancien diplomate, Michael Kovrig, avait été arrêté de la même façon.

Cette fois-ci, il s'agit d'un entrepreneur, Michael Spavor, installé en Chine depuis longtemps et qui gère une entreprise touristique en lien avec la Corée du Nord. Mais l'essentiel n'est pas son CV, l'essentiel est la nationalité canadienne des deux hommes.

La Chine qui rend donc coup sur coup dans l'affaire de l'arrestation à Vancouver, au Canada donc, le 1er décembre, de Meng Wanzhou, la Directrice financière du géant des télécoms chinois Huawei. Une Chinoise arrêté, deux Canadiens retenus !

Les Canadiens se retrouvent coincés entre les Etats-Unis et la Chine !

On peut même dire qu'ils sont les dindons d'une farce qui ne se mange pas mais qui se joue entre Washington et Pékin. Les Canadiens n'ont rien à reprocher à Mme Meng : ils l'ont arrêté parce que les américains ont émis une demande d'extradition.

Autrement dit, ils ne font que servir d'intermédiaires judiciaires et c'est eux qui prennent tous les coups ! Or il se trouve que pour les Chinois, Huawei est plus qu'un simple fabricant de smartphones, et Mme Wanzhou, plus qu'une simple cadre supérieur.

Huawei, c'est l'entreprise qui, un peu plus tôt cette année, a détrôné Apple de sa 2e place mondiale. C'est donc une fierté nationale, que les Chinois ont chevillée au corps. Quant à Mme Wanzhou, elle est la fille du fondateur de Huawei : une princesse rouge, comme on dit là-bas !

Les Chinois du commun n'ont pas tardé à réagir...

En se répandant sur les réseaux sociaux contre les Etats-Unis et accessoirement le Canada qui n'a pas fini de prendre des coups par procuration. Des appels au boycott ont notamment été lancé contre Apple et dans tous le pays :

Mengpai technology, une entreprise de produits connectés, a par exemple décidé de subventionner à hauteur de 15% tout achat d'appareils Huawei au sein de son personnel et de ses fournisseurs. A l'inverse, les détenteurs de produits Apple seront sanctionnés.

Une autre entreprise est même allée plus loin : elle offre un smartphone Huawei plus une prime de 500 yuans  - une soixantaine d'euros – à tous ses collaborateurs et exige de ceux qui possèdent des IPhones de les rendre immédiatement, sinon, c'est la porte !

Huawei, une entreprise controversée...

Oui parce que Huawei n'est pas seulement un fabricant de smartphones, c'est aussi une des entreprises leaders dans le monde dans la fourniture de serveurs et d'équipements informatiques. Elle est notamment idéalement positionnée pour la technologie 5G.

Or c'est un domaine extrêmement sensible ! La 5G, à terme, équipera tous les appareils connectés, du smartphone à la télévision en passant par les ordinateurs ou les voitures autonomes. Donc l'entreprise qui installera ces systèmes, les contrôlera largement.

Donc derrière cette guéguerre un poil ridicule entre Canadiens, Américains et Chinois, il y a le monde qui vient : doit-on laisser les Chinois installer et faire la maintenance de notre Internet de demain ? Les Américains et les Britanniques ont déjà dit non !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.