Par Olivier Poujade

« Un acte de terreur et de haine, une attaque contre tous les américains » : ce sont les mots du président Barack Obama cité par tous les journaux de la planète ce matin, à commencer par la presse locale de Floride. Le Miami Herald concentre sa une sur l’auteur de « la pire fusillade de masse de l’histoire des Etats-Unis » : Omar Mateen, agent de sécurité de 29 ans originaire d’Afghanistan.
Un article révèle que le FBI se serait intéressé à deux reprises au profil de cet homme, pour ses liens présumés avec des organisations terroristes. Liens que le tueur aurait lui-même confirmé. C’est ce que nous révèle le Florida Today. Peu avant de passer à l’acte et de commettre son crime samedi soir, mar Mateen aurait appelé le 911, numéro des services d’urgence américains, pour indiquer qu’il avait prêté allégeance à l’Etat Islamique.
Ce qui a conduit les reporters du Orlando Sentinel à se tourner vers les communautés musulmanes de Floride dont les représentants condamnent vigoureusement cette barbarie. « Monstrueux » « épouvantable » « insensé » : ce sont les mots du directeur du conseil des relations américano islamiques. Il dénonce "un crime injustifiable contre l’humanité, contre les Dieux et contre les Etats-Unis". Les communautés musulmanes qui appellent ce matin leurs fidèles à donner leur sang et à s’unir avec la communauté homosexuelle, délibérément ciblée par le tueur. Une fusillade (préçise le site d’information américain Slate) qui frappe l’Amérique alors que le pays célèbre « le mois des fiertés », en hommage à la révolte de Stonewall en 1969, acte de naissance des 1er mouvements pour les droits des homosexuels aux Etats-Unis.

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.