La presse italienne titre en Une de la disgrâce du maire de Rome

Car Marino démissionne alors qu'il est encore très populaire ! C'est le Corriere della Sera qui raconte que ses partisans assiègent Campidoglio, la mairie de Rome, en chantant « Bella Ciao », le chant des partisans italiens.

Il a signé sa démission ! « Il », c'est le maire de Rome, Ignazio Marino. Ca faisait 5 jours qu'il l'avait annoncé et il l'a donc fait hier, dans l'après-midi. Ce qui lui vaut la une du quotidien romain La Repubblica.

La Repubblica qui a trouvé le temps un peu long tout de même : « Marino a joué les prolongations histoire de faire durer le suspense et de profiter encore un peu de la foule de ses partisans, mais finalement il l'a signée, sa démission ».

La suite est connue : à compter du 2 novembre, un administrateur sera nommé qui gérera la ville jusqu'en 2016. « Un commissaire qui aura la rude tâche de faire oublier Marino et de remettre Rome sur ses pieds », conclut La Repubblica .

Le héros de l’histoire du jour est un boulanger costaricain de 22 ans

Il s'appelle Gerardo Cruz, ce jeune boulanger, et il se promenait le 5 octobre dernier dans San José, la capitale du Costa Rica. Il fait chaud, les jupes des filles sont courtes et tout à coup, devant lui, il est témoin d'une scène ahurissante : un type filme tranquillement avec son téléphone sous la jupe d'une passante. Ni une, ni deux, Gerardo filme la scène puis interpelle la jeune femme pour la prévenir et enfin, essaie de rattraper le vieux dégoûtant qui se sauve en sautant dans un taxi.

Ces images ont fini sur Internet : sitôt postée sur Facebook, le petit film de Gerardo est vu et partagé des milliers de fois par des internautes scandalisés. Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Le 7 octobre, Gerardo est poignardé dans la rue et étonnamment, on ne lui vole rien.

La police conclut qu'il s'agit de représailles. L'indignation grandit et pas seulement sur Internet. Gerardo est entre la vie et la mort à l'hôpital : des veillées spontanées sont organisées, des milliers de Costaricains se rassemblent un peu partout dans la rue.

Le président de la République, Luis Guillermo Solís, se solidarise. En quelques jours donc, Gerardo est devenu un héros national : le jeune boulanger de 22 ans qui pourrait perdre la vie pour avoir défendu une jeune femme agressée dans la rue.

Les nouvelles de lui sont plutôt rassurantes : Gerardo Cruz a subi trois opérations dont une à cœur ouvert. Il est encore dans un coma artificiel, mais répond favorablement aux traitements. Dernier détail : il est père d'une petite fille de 5 ans et son épouse attend un 2ème enfant. Enfin, pas de nouvelles de la jeune femme agressée qui pourtant est loin d'être un cas unique dans ce pays d'Amérique centrale. Tous les ans, 5 000 femmes portent plainte au Costa Rica pour des faits similaires d'agressions sexuelles dans la rue.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.