Alors qu’en France le gouvernement prévoit d’imposer aux mineurs de moins de 16 ans une autorisation parentale pour s’inscrire sur les réseaux, aux États-Unis, d’anciens cadres de Facebook commencent à publiquement s’interroger sur le coté néfaste de ce réseau social.

Quand les anciens cadres de Facebook critiquent le réseau social
Quand les anciens cadres de Facebook critiquent le réseau social © AFP / Daniel LEAL-OLIVAS

Et l’un de ceux qui jettent ce pavé dans la mare, n’est rien d’autre que l’un des anciens vices présidents de la compagnie ? 

Il s’appelle Chamath Pali A Pitya et y a quelques semaines au mois de novembre, il participe à une conférence organisée par l’université de Stanford en Californie : et voici ce qu’il déclare : « moi je veux contrôler ce que font mes enfants, et je ne les autorise pas à utiliser cette merde ! »

L’ancien vice président en charge de l’audience chez Facebook insiste : « je me sens immensément coupable d’avoir créé cet outil qui déchire le tissu social ».

La conférence de Stanford a été filmée et si on parle aujourd’hui, c’est parce que la vidéo a été repéré par un site internet qui ici aux États-Unis est spécialisé dans l’actualité des nouvelles technologies et de l’information.

L'ancien cadre de Facebook reproche au réseau social, la désinformation, la diffusion massive de fake news

Mais aussi la manière dont Facebook, exploité par la Russie, a pu contribuer à influencer la présidentielle de 2016. 

Et puis il y a des choses que lui a repéré et auquel on ne pense pas forcément : avec ces likes, avec ces pouces en l’air, avec ces photos partagées, Facebook nous a rendu accro en jouant sur notre dopamine.

Ce n'est pas la première fois que des responsables de Facebook s’expriment ainsi. Ces deux derniers mois y a eu comme ça plusieurs prises de position. Un ancien président qui, publiquement, se demande ce que ça peut faire au cerveau de nos enfants. Une ex employée qui affirme que Facebook cherche plus à se concentrer sur la collecte de données de ses utilisateurs que sur leur protection.

Facebook a été créée il y a presque 14 ans, aujourd’hui c’est deux milliards d’utilisateurs. 

La petite startup créée à Harvard est maintenant un monstre dont certains créateurs affirment avoir perdu le contrôle !

Face à ces critiques Mark Zukerberg affirme que ses détracteurs ont quitté l’entreprise depuis longtemps. Et puis, depuis la présidentielle de 2016 qui a vu la victoire de Trump, Facebook s’est engagé dans une vaste campagne pour contrôler ses contenus, éviter la diffusion de fausses informations, être plus responsable, c’est ça la réponse de Zukerberg. Alors qu’aux Etats Unis, Facebook est la première source d’information numérique des américains, loin devant tous les autres sites internet ou réseaux sociaux

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.