Le professeur en question s'appelle Lawrence Mukiibi et il est le fondateur d'une sorte de franchise d'écoles catholiques privées: les « écoles Saint Lawrence ».

Entendons bien, il s'agit surtout de lycées, voire d'universités privées. Quelques écoles primaires aussi. Cet homme, décoré par le président Museveni, loué pour sa générosité et ses qualités éducatives, connu pour avoir enseigné dans les meilleures écoles de Kampala, est donc décédé le 28 mai dernier et enterré en grandes pompes début juin entouré des siens.

Et c'est justement ce « entouré des siens » qui a posé problème, parce que derrière le cercueil, suivaient une bonne dizaine d'épouses et une demi douzaine d'enfants en bas âge. Sans compter, les enfants moins jeunes qui fermaient la marche. En tout, une cinquantaine de marmots et devant l'archevêque du coin.

Les journalistes tout de même ahuris de voir ce spectacle alors que l'homme disait être un fervent catholique, ont commencé à mener l'enquête. Et on s'est rendu compte que des dizaines d'autres femmes demandait à ce que leur enfant soit reconnu par lui.

Le jour même de sa mort, la famille officielle a même renvoyé une dizaine de femmes enceintes qui frappaient à la porte. Il a fallu l'intervention de la police pour disperser tout le monde et trouver un accord : ce sera test ADN pour toutes les prétendantes.

Mais l'affaire n'est pas réglée, parce que d'une part, cet homme ne se cachait absolument pas : en juin dernier à un journaliste qui lui demandait combien d'enfants il avait, il a répondu « ce n'est pas poli de demander à un homme Africain le nombre de ses enfants ».

Ensuite parce que ces fouineurs de journalistes Ougandais se sont rendus compte qu'un certain nombre de ses épouses officieuses étaient des élèves, souvent séduites encore adolescentes. En Afrique, comme ailleurs, c'est un crime et un vrai scandale.

Enfin, il y a l'attitude de l'Eglise catholique qui, non seulement a couvert le professeur Mukiibi mais l'a absout avec des arguments incroyables : « le pape n'a-t-il pas dit à propos des homosexuels, qui suis-je pour juger ? Alors un père de famille nombreuse »

Ou encore, et c'est une citation de l'archevêque de Kampala qui le dit, Mgr Katende : « ce dont à besoin le Pr Mukiibi, c'est de nos prières... Même Jean-Paul II a eu besoin de 5 années de prières pour entrer au paradis. Alors prions pour le repos de son âme ».

  • La revue de presse par Londres

Et par les mots de Jeremy Corbyn rapportés par The Independent pour la première séance du Parlement après l'élection désastreuse orchestrée par Theresa May. Le leader travailliste se lève et dit, devant Theresa May :

« Le parti travailliste est prêt à offrir à la nation un gouvernement fort et un leadership stable » et il ajoute : « la démocratie est une chose merveilleuse qui protège de tous résultats malencontreux ». Hurlements de rire de l'assistance ! Pourquoi ? Parce que ces mots sont ceux de Theresa May elle-même alors qu'elle était convaincue de remporter l'élection en expliquant que Jeremy Corbyn Premier ministre, c'était l'assurance d'une « coalition de chaos ». Evidemment, Mr Corbyn lui a reservi le compliment !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.