Les chiffres officiels affichent un peu plus de 29 000 morts de la Covid19. Le quotidien ABC, lui, parle de 53 000 : explications.

À Madrid, la capitale, où environ 1/3 du total des cas dans le pays sont observés (24 août 2020)
À Madrid, la capitale, où environ 1/3 du total des cas dans le pays sont observés (24 août 2020) © AFP / Burak Akbulut / Anadolu Agency

Direction l'Espagne ce matin, avec une « une » choc d'un quotidien madrilène...

Le quotidien s'appelle ABC, c'est un des trois grands quotidiens espagnols, marqué à droite, monarchiste même. Un quotidien très sérieux. Sur cette « une » des dizaines de petites pierres tombales et un chiffre qui claque comme une sentence : 53 000 morts.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ce chiffre, c'est la surmortalité : la différence entre le nombre de personnes décédées ces 6 derniers mois et la moyenne des décès constatée les années précédentes. Un autre grand quotidien, El País, avait déjà effectué ce travail en juin dernier comptant pour sa part 43 000 morts de plus.

J'en avais parlé à l'époque et le gouvernement espagnol n'a d'ailleurs jamais contesté ces chiffres. Trois mois plus tard, le constat est donc le même : une disparité énorme entre les chiffres officiels de morts de la Covid 19, un peu plus de 29 000 morts, et cette surmortalité.

Bataille de chiffres

Pour plusieurs raisons : d'abord parce que c'est un journal d'opposition au gouvernement de gauche actuellement au pouvoir à Madrid. D'ailleurs, le sous-titre dit lui-même cette opposition frontale et ajoutant que ces chiffres seraient « cachés », ce qui est inexact.

Voilà pour la raison partisane. La 2e raison est que l'Espagne est la seule démocratie où la différence entre chiffres officiels et chiffres « officieux » est si importante. En France, aux Etats-Unis, en Italie c'est 10% ; pas presque du simple au double.  

Dernière raison : la gravité de la situation actuelle outre-Pyrénées : en deux semaines, l'Espagne a eu une moyenne de 9 000 cas quotidiens, soit 125 000 nouvelles contaminations. La France arrive, certes, juste derrière avec 87 000 nouvelles contagions, mais nos voisins espagnols comptent 20 millions d'habitants en moins.

Alors, Je pourrais détailler les raisons avancées par la presse pour expliquer ce désastre : coupes claires dans les budgets de l'Hôpital public ; incohérence des politiques de prévention ; disparité régionales. Mais ça n'explique pas une telle disparité.

Prudence est mère de toutes les vertus

Qu'il faut admettre que nous ne comprenons pas tout de cette épidémie pour laquelle nous n'avons que 8 mois de recul. 

  • Pourquoi l'Espagne compte-t-elle trois fois plus de morts par millions d'habitants que son voisin portugais ?
  • Pourquoi Israël qui, il y a encore quelques semaines était donné en exemple, connait-il aujourd'hui une explosion de l'épidémie qui oblige le pays à re-confiner sa population pour 15 jours ?
  • Pourquoi la Belgique compte-t-elle presque 3 fois plus de morts en proportion que son voisin néerlandais et deux fois plus que la France ? Et ce, alors qu'elle a un excellent système de santé public et hospitalier et a confiné comme nous ?

Alors certes on peut d'ores en déjà parler de 2e vague en Espagne et dire que le pays est, de loin, le plus martyrisé en Europe par la Covid19. Mais j'attendrais quelques mois encore pour faire un bilan définitif. La prudence est mère de toutes les vertus.